Jeu-concours : "Futurs : capitalismes hallucinés"


Nobles seigneurs de la guerre, farouches Fedaykins, space-orks, nomades Extros, Princes-Marchands, Intelligences Artificielles, voyageurs spatio-temporels, vous tous, en quelque sorte... Pour les dix ans de la collection Folio SF et grâce à un aimable partenariat, la Grande Bibliothèque a le plaisir de vous ouvrir son premier jeu-concours ! Cinq des participants pourront gagner un livre offert par les Editions Gallimard, en l'occurrence, un exemplaire du roman Evadés de l'enfer ! de Hal Duncan, inédit en français.
Mais comment participer ?

Rien de plus simple. J'ai sélectionné un corpus de lectures tournant autour du thème qui donne son titre à ce concours, à savoir "Futurs : capitalismes hallucinés". Il vous suffit d'être le premier à lire l'un de ces livres et d'en apporter la preuve pour être désigné vainqueur. Quelques règles :
  1. Le jeu est ouvert à n'importe quel visiteur de mon blog, et sera ouvert jusqu'au 20 Octobre (environ !).
  2. La preuve de lecture sera un compte-rendu respectant la forme utilisée sur ce blog, à savoir une introduction, un résumé censé allécher le lecteur, puis pour conclure une courte analyse.
  3. La preuve de lecture devra être postée en commentaire public à la suite de ce message, la date et l'heure de publication faisant foi pour déterminer un gagnant.
  4. Chaque participant garde la pleine propriété de son compte-rendu de lecture et sera invité, le cas échéant, à le publier aussi sur son propre blog. Il pourra utiliser l'image proposée en ouverture et en fermeture de ce message pour matérialiser sa participation au concours.
  5. Les rétro-lectures ne sont pas acceptées : si vous avez déjà lu un des livres proposés, merci de ne pas le choisir.
  6. Tout gagnant sort du concours aussitôt (afin qu'il y ait le maximum de gagnants !).
  7. Le concours prend fin dès que cinq gagnants sont désignés.
Et voici le corpus de lectures choisies pour ce concours "Futurs : capitalismes hallucinés"...
  • Joan D. Vinge, Cat le Psion (Edit : lu).
  • Joan D. Vinge, Pluie de Rêves.
  • Richard Morgan, Carbone modifié.
  • Pierre Bordage, Wang tome 1.
  • Pierre Bordage, Wang tome 2.
  • Norman Spinrad, Jack Barron et l'éternité (Edit : lu).
  • Norman Spinrad, Les Années Fléaux.
  • Ivan Efremov, L'Heure du Taureau.
Souvenez-vous, écrire le premier la chronique d'un seul de ces livres est suffisant pour gagner votre exemplaire de Hal Duncan ! Alors, n'hésitez pas !

Bonne lecture et... bonne chance !


Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires

Efelle a dit…
Les rétro lectures ne sont pas acceptées ?
Même si on a une très bonne mémoire ?
Ayant déjà six des romans proposés et même deux fois les Vinge et les Bordage ; ayant lu récemment les Spinrad.
Je crois que je vais devoir me déclarer forfait, le Morgan ne me dit rien et l'Heure du Taureau ne m'inspire pas en ce moment.
Cela dit j'espère que tu apprécie mon honnêteté car j'aurai pu te chroniquer Cat le Psion ou Wang sans que qui ce soit se doute de quelque chose.

Bonne lecture au futur vainqueur !
Val a dit…
Excellent choix de livres !
Anudar a dit…
Disons surtout que ce que je veux éviter, ça serait les gens qui tenteraient de "glisser" leurs anciens compte-rendus...
N'y a-t-il aucun livre là-dedans pour lequel tu n'aurais pas fait de compte-rendu :) ?
Anudar a dit…
@Val : merci de ton appréciation :) !
Lelf a dit…
Le Morgan me tente depuis un moment mais c'est pas une priorité avec tout ce que j'ai à lire ^^
Bonne chance aux participants ! :)
Lhisbei a dit…
Bon ça m'a l'air chaud comme concours :)

@ Efelle : tu veux vraiment tous les gagner ? ;p
Val a dit…
Le Morgan est excellent et même s'il y a beaucoup de pages assez rapide à lire.
Anudar a dit…
@Efelle : au fait, oui, j'apprécie ton honnêteté ;) !

@Lelf : Valunivers t'a donné un bon conseil, là :) ...

@Lhisbei : tu trouves ?
Guillaume44 a dit…
Alors moi je dis attention, attention :D Parce que Jack Barron, je dois le lire pour alléger ma PAL avant fin octobre normalement :D
Efelle a dit…
Je n'ai jamais chroniquer les Vinge et les Bordage mais j'aurai pu les chroniquer à l'arrache de mémoire. Surtout Cat le Psion, sans doute la frustration de ne jamais avoir réussi à mettre la main sur un exemplaire de Psion, découvert au collège en 3eme.
J'avais d'ailleurs chroniquer celui ci devant ma classe à la demande de la documentaliste.
Lelf a dit…
Donc ça confirme qu'il faut que je le lise un jour, mais au vu de mon planning et de son absence de ma PAL, ça ne sera surement pas avant le 20/10 malheureusement :D
Mais c'est gentil de donner des conseils comme ça ^^
Anudar a dit…
@Guillaume44 : j'attends de te voir à l'oeuvre !

@Efelle : Psion est introuvable en français, j'ai tenté à maintes reprises de mettre la main dessus, mais rien à faire... J'en ai deux exemplaires en anglais. Il a été réédité plusieurs fois.

@Lelf : Je confirme que Cat le Psion est très bien. C'est l'un de mes Joan D. Vinge favoris...
Anudar a dit…
@Efelle : si tu n'en as pas fait de compte-rendu, ce n'est pas tout à fait pareil. Je vais réfléchir, peut-être qu'il y a moyen de trouver un arrangement, comme un léger "handicap" pour toi... Qu'est-ce que tu en penses ?
Efelle a dit…
Ayant gagné chez Guillaume, je passe mon tour afin d'éviter un éventuel lynchage et surtout un doublon. ;)
Gromovar a dit…
Tout pareil qu'Efelle. J'ai déjà lu ce qui me tente. Tant pis.
Tigger Lilly a dit…
Ha. Mais c'est un concours qui va tout à fait à l'encontre de l'amaigrissement de ma pile à lire. Ils sont tous sortis en poche les bouquins que tu proposes ?
Tigger Lilly a dit…
J'ai une question : si par exemple je choisis un livre, je suis en train de le lire et quelqu'un publie sa chronique sur le même livre, j'ai perdu ou il suffit juste que je sois dans les 5 1ers, même si mon bouquin a déja été chroniqué.
El Jc a dit…
Oh ben t'es un rapide Anudar, j'en suis encore à réfléchir aux règles de ce concours que je proposerais d'ici un mois environ ;o) Belle opération en tout ca ;o)
Anudar a dit…
@Tigger Lilly : tous les livres du corpus sont en poche, hormis L'Heure du Taureau, qu'il faudra de toute façon chercher en bouquinerie (comme par exemple sur Abebooks). Mais avec sept autres livres, je pense qu'il y a de quoi faire malgré tout pour avoir cinq gagnants. Pour ta deuxième question, j'ai envie de dire que tu as perdu. Après, si le concours ne remporte pas beaucoup de succès, on peut envisager que les gens dans le cas de figure que tu suggères puissent être déclarés vainqueurs eux aussi... Mais ça, c'est à voir.

@El Jc : merci ! J'espère te voir participer :) !
Tigger Lilly a dit…
okay merci.

El Jc, c'est pareil pour moi :p
Lhisbei a dit…
Cher Anudar,

Ton concours n’est pas facile. Etre le premier à lire un des livres que tu estampilles « Futurs : capitalismes hallucinés ». Après avoir fouillé la bibliothèque de Mr Lhisbei j’avais le choix. Cat le psion de Joan D. Vinge est le livre qui s’est rapidement imposé à moi (malgré ses 572 pages) : j’avais gardé un excellent souvenir de La Reine des Neige du même auteur. En plus l’illustration de la couverture est celle que tu as utilisée pour créer ton logo. J’y ai passé le week-end (délaissant ménage et repassage) mais, à 22h15 le défi est relevé. (Je te rassure tout de suite, lire ce livre n’a pas été non plus une torture sans fin, loin de là même).

Cat est un hybride : mi-humain, mi-hydran, une race extraterrestre aux pouvoirs psi et aux yeux de chats. De ses ancêtres hydrans il a hérité la possibilité de lire dans l’esprit des autres. Son don de télépathie fait de lui un paria. Les hydrans ont tous été exterminés et son enfance dans les rues de Old City, une ville de rebuts de la société, n’a pas été facile. En tuant un autre télépathe, un dangereux terroriste qui menaçait la terre entière, il a perdu son don. Ce qui ne l’empêche pas d’être haï de tous.
Alors qu’il tente d’étudier le plus sereinement possible à l’université, il se fait enlever Centuri Transports, l’un des plus puissants cartels terrestres qui tente de le recruter pour jouer les gardes du corps. Il doit protéger Lady Elnear sur laquelle plusieurs tentatives de meurtres ont échoué. En contrepartie il recevra une belle somme d’argent et des doses d’une drogue lui permettant de recouvrer une partie de son pouvoir psi. Cat devient rapidement un catspaw, un pion que la richissime famille taMing, qui dirige le cartel, utilise à sa guise en fonction des ses intérêts. Mais Cat n’est pas vraiment prêt à rester le jouet impuissant d’êtres inhumains, ballotté au milieu des intrigues politiques et coincé entre les ambitions démesurées de certains.

Le contexte est assez classique : une société post-spatiale, un monde techno-futuriste où les manipulations de l’apparence et de la génétique sont courantes, où tout le monde se fait plus ou moins câbler pour accéder à des réseaux informatiques de plus en plus puissants et où les pauvres n’ont aucune existence légale et vivent dans la peur, la drogue et la violence. Le futur n’est guère reluisant et risque encore d’empirer avec l’arrivée d’un illuminé se croyant l’envoyé de Dieu et avec le vote prochain d’un projet de loi visant à déréguler l’usage des drogues pour mieux contrôler les masses.
Les intrigues, complots et manipulations des uns et des autres s’imbriquent parfaitement mais ne noient jamais le lecteur. Les évènements s’enchaînent dans une grande fluidité. Le personnage de Cat est attachant et le fait qu’il soit le narrateur de sa propre histoire lui donne une proximité et une substance tangible. Un bémol toutefois : la traduction me parait parfois manquer de cohérence sur l’utilisation du vouvoiement et du tutoiement : certains personnages (dont l’un sort des bas fonds et a besoin de réviser ses bonnes manières) continuent à se vouvoyer après avoir passé une nuit des plus torrides. Avis aux amateurs d’ailleurs, les scènes de sexe présentes dans le roman sont très bien écrites…

J’ai dévoré ce livre et pas seulement pour le concours ;) . Merci Anudar !
Anudar a dit…
Merci Lhisbei, le concours a donc son premier gagnant, et en l'occurrence, une gagnante ! Je valide et je ferai en sorte que le premier exemplaire du Hal Duncan parte chez toi.

La preuve de lecture est tout à fait conforme à ce que j'attends.

Comme le veulent les règles, Lhisbei sort du concours maintenant, ainsi que Cat le Psion. Mais vous pouvez toujours, si vous avez lu ce livre, enchaîner sur Pluie de Rêves qui lui fait suite...
Efelle a dit…
Une chronique bien sympathique en tout cas.
Lhisbei a dit…
Merci Anudar, je t'envoie mon adresse par mail.

@ Efelle : pour un bouquin bien sympathique :) je ne suis pas fan de cyberpunk en temps normal mais là j'ai passé un excellent moment :)
Guillaume44 a dit…
Jack Barron et l’Eternité – Norman Spinrad

Jack Barron est le plus grand présentateur du paysage audiovisuel d’Amérique. A la tête de son émission Bug Jack Barron – regardée par cent millions de téléspectateurs – il joue les redresseurs de tords pour ses téléspectateurs. Une curieuse reconversion pour cet ancien leader des Bébés bolcheviques, qui a pour le peu laissé de côté ses idéos de jeunesse pour un plus confortable compte en banque. Et même si sa reconversion lui a valu – pour sa plus grande peine - de perdre sa petite amie de l’époque, Sarah, il conserve encore tout un réseau d’amis influents devenus leaders politiques de la C.J.S., parti révolutionnaire fondé par Jack dix ans auparavant et « troisième force » politique du pays.

Son show l’amène par le plus des hasards, un mercredi soir, à botter les fesses d’un sous-fifre de Benedict Howard, l’homme d’affaires tout-puissant pesant la bagatelle de 50 milliards de dollars. Le personnage a créé la Fondation, un institut privé qui propose à ses clients de les plongés en hibernation peu avant leur mort, afin d’attendre que la médecine soit à même de les sauver un jour prochain. Le prix du billet pour ce long voyage est de cinquante mille dollars. Une somme colossale que Jack Barron s’amuse à tacler, en plein débat national sur l’hibernation publique et face aux rumeurs de racisme anti-noir à la Fondation.

Mais Barron ignore avoir mis le doigt dans un dangereux engrenage. Aussitôt contacté par Howard, ce dernier tente par tous les moyens d’acheter Jack Barron et son émission. En échange de ses services, Howard lui promet de lui offrir un nouveau service de la Fondation ; l’immortalité, ou du moins son équivalent assuré pour un million d’années. Bluff ou vérité ? Jack Barron se targue d’être incorruptible, mais la promesse le fascine. Howard abat alors un atout majeur : il a offert secrètement le même contrat à Sarah, mais avec pour mission de séduire à nouveau Jack et de le pousser à accepter le marché. Serait-ce là le talon d’achille de l’inflexible Jack Barron ? Et quelle vérité dissimule donc Howard derrière son secret d’immortalité ?

Norman Spinrad est un auteur anti-conformiste, écrivain engagé qui utilise sa plume pour disséquer notre société. Dans ce roman paru en 1969, il s’attaque au thème de la puissance. La soif du pouvoir, contre les élites, contre le peuple et – fantasme suprême – contre la mort. Le temps est compté pour Barron comme pour Howard. Le premier est soumis au stress de l’éphémère : compteur de séquences d’émission, impératifs hebdomadaires télévisuels, course perpétuelle contre la montre. C’est un animal à sang chaud, une boule de nerfs. Le second place lentement et froidement ses pièces sur l’échiquier politique, il a tout son temps, il se prétend immortel. C’est un lézard au sang froid, calculateur et fuyant.

De cette dualité naît un choix cornélien pour Barron : accepter le marché d’Howard, et s’offrir une éternité égoïste avec Sarah, ou bien dévoiler les secrets de la Fondation au monde entier, et redevenir mortel. Ce terrible jeu de dupes permet à Spinrad de montrer en quoi les médias de masse peuvent avoir un rôle de vérité à jouer dans la mélasse politique et sociale actuelle. Encore faut-il avoir le courage de le faire.

Alors, ce Barron, être intègre ou vendu ? Vous le saurez en achevant la lecture de ce roman sympathique, au style décapant, dont les descriptions sans verbes et hachurées de virgules créent un effet cru et psychédélique.
Anudar a dit…
Bien reçu et validé. Le concours a un deuxième gagnant, et "Jack Barron et l'éternité" sort du corpus.

Bravo :) !