La vidéo SF du mois - Septembre 2010

Dans la rubrique "dépoussiérages", voici une deuxième vidéo SF du mois.

Au commencement était Stefan Wul. Stefan Wul écrivit L'Orphelin de Perdide, un roman où un enfant est perdu sur une planète hostile et où un héros de l'espace, ami du père tout juste décédé, vient à son secours. Il n'a qu'un seul moyen d'entrer en contact avec celui qu'il a fait voeu de sauver : un micro subspatial. Cela suffira-t-il pour protéger l'enfant des redoutables frelons de Perdide, qui font leur festin avec le cerveau humain ? Surtout si la trahison et l'espace-temps lui-même semblent s'opposer à la réussite du sauvetage ?

Bien des années après, vint René Laloux, qui connaissait bien l'oeuvre de Stefan Wul pour avoir adapté son roman Oms en série dans un dessin animé, La Planète Sauvage. René Laloux aima L'Orphelin de Perdide et décida de l'adapter en dessin animé. Il alla voir le grand Moebius qui accepta de participer au projet en tant que dessinateur. Ainsi devait naître Les Maîtres du Temps, un dessin animé de SF splendide et, n'ayons pas peur des mots, un véritable chef d'oeuvre. Quelques points du scénario diffèrent de l'histoire telle que racontée par Stefan Wul, mais ces divergences, somme toute, renforcent la beauté de l'oeuvre. A tel point qu'après avoir lu le livre, dix ans après avoir vu le dessin animé, je l'ai trouvé moins bon.

Je vous laisse découvrir la séquence introductive du dessin animé. Bon voyage...


Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires

Efelle a dit…
Les ajouts de Laloux et Moebius sont excellents pour une oeuvre cinématographique. Le scénario de Wul n'étant pas forcément facile à adapter.

Je n'avais pas vu que les dialogues étaient de Manchette, serait il l'auteur de la réplique :"Il a les pensées qui puent." ?
Anudar a dit…
Alors ça, je n'en ai pas la moindre idée...

En parlant d'améliorations, je relève en particulier le passage sur Gamma X, qui est beaucoup plus inquiétant dans le film que dans le livre. Dans le livre, les héros se battent contre une grosse bête qui ne peut "que" les bouffer. Dans le film, au contraire, l'un d'entre eux doit se sacrifier en s'autodétruisant pour permettre aux autres d'échapper à l'horreur de l'uniformisation.
Le moment où Jaffar entend le Prince Matton l'appeler au secours et où il se retourne pour le voir se débattre avec des tentacules me faisait froid dans le dos quand j'étais gosse. On comprenait bien que le Prince avait réussi son coup mais qu'il allait payer sa réussite de sa vie. Même si le personnage est celui d'une ordure de première, le symbole était pour le moins très puissant...
Efelle a dit…
Les deux petites sorcières accentuent bien l'atmosphère notamment concernant le prince.
Sinon l'introduction des maîtres du temps rend mieux que la notion de décalage qui si elle est puissante scientifiquement rend mal à l'écran.
Surtout que la spécificité de l'émetteur n'est pas indiquée dans le film.
Guillaume44 a dit…
Cela me dit vaguement quelque chose, j'ai peut-être vu ça étant petit, mais je n'ai pas du le regarder régulièrement, car je sèche un peu là.
Efelle a dit…
Dans ce cas, n'hésite pas et lis l'Orphelin de Perdide. Un très bon Wul.
http://efelle.canalblog.com/archives/2010/08/13/18807501.html