La vidéo SF du mois - Novembre 2010

En ce premier Novembre, lendemain d'un épisode pluvieux où nous avons vu tomber près du quart de la moyenne annuelle (eh ouais), c'est (déjà) le moment du retour pour cette rubrique. Après une bonne tranche de rire incrédule avec la vidéo du mois d'Octobre, je vous propose un retour au sérieux, et même au très sérieux, avec un extrait de dix minutes d'un film de SF mythique et même mythologique, parce qu'à bien des aspects il est le creuset d'une partie de l'imaginaire du XXème siècle : Métropolis. Et puis cela tombe bien, avec la sortie récente du Livre VI de La Brigade chimérique...
D'autres personnes ont parlé, ou peuvent parler, mieux que moi de l'histoire très particulière de ce film-fleuve, véritable "film-univers", dont un quart s'est perdu, dont l'histoire est connue en entier grâce à la partition, et dont il a été retrouvé (dans un ciné-club Sud-Américain) une bande avec des scènes jamais vues du grand public depuis soixante-ans... A ce qu'il paraît, après avoir vu ce film, Hitler aurait dit de Fritz Lang qu'il était l'homme qui inventerait "le cinéma national-socialiste". Suite à quoi le cinéaste aurait pris la route de l'exil. En tant qu'amateur de SF, plutôt que les anecdotes, je retiendrai quelques éléments qui se trouvent illustrés à merveille par l'extrait que j'ai choisi :
  • La vision stupéfiante d'une mégalopole des temps à venir, dont je suis persuadé qu'elle a influencé nombre d'auteurs dont l'oeuvre était alors à venir : Moebius (L'Incal), Luc Besson (Le Cinquième Elément... mais il est vrai que Moebius a travaillé sur les décors...), Isaac Asimov (Les Cavernes d'Acier, mais aussi les descriptions de Trantor dans le Cycle de la Fondation).
  • Le personnage de Joh Fredersen, inventeur et cerveau de Métropolis, image glaçante d'un pouvoir intellectuel et totalitaire dont quelques mots suffisent à bouleverser le destin d'un homme. Vous aurez soin de remarquer le thème musical associé à son apparition : comment ne pas penser à la fameuse Marche impériale entendue à l'apparition de Dark Vador dans Star Wars ?
  • Enfin, la séquence quasi prophétique, se passant presque de commentaires, où le fils de Joh Fredersen, dans une hallucination, contemple Moloch dévorant les enfants de la civilisation industrielle.
Métropolis est l'un de ces films qui font une forte impression, et ce malgré quelques points qui auraient tendance à l'affaiblir. La mièvrerie de la romance entre les deux héros, et la morale finale, ne m'ont guère convaincu. Mais il est vrai que je ne suis sans doute pas objectif dans les deux cas et je vous recommande donc, si vous ne connaissez pas ce film, de vous faire votre propre idée de toute urgence.

Contexte : alors que Freder, le fils de Joh Fredersen, s'adonne au badinage avec des femmes de la haute société dans un jardin de Métropolis, voilà qu'une porte s'ouvre sans prévenir et cède le passage à une mystérieuse jeune femme, accompagnée par les enfants des ouvriers qui vivent dans les bas-fonds. Les intrus sont refoulés par les gardes, mais pour Freder, c'est le coup de foudre, et il n'a de cesse que de retrouver la jeune femme. S'aventurant dans les couloirs souterrains de Métropolis, Freder va découvrir le labeur épuisant des ouvriers grâce à qui fonctionne la merveilleuse invention de son père... et les conséquences de leur épuisement...

Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires