Dossier A tome 6 : Le Lapin rouge

Suite de la série Dossier A dont j'ai déjà pas mal parlé ici. J'ai enfin trouvé le temps de m'atteler à ce compte-rendu en souffrance depuis trois semaines...

Résumé :
Dans la crypte de la Basilique Saint-Marc, à Venise, Iriya et ses amis du moment sont sur le point de mettre au jour le cercueil du saint patron de la ville, dans lequel se trouverait l'original du Devisement du Monde de Marco Polo - et donc, la clé de l'énigme de l'Atlantide. Mais sont-ils les premiers à faire ce rapprochement ? Et vont-ils tenir compte de l'avertissement gravé sur le bois du cercueil ancien ? Dans le même temps, la quête atlante s'oriente sur deux nouvelles pistes qui, peut-être, vont converger sur un mystère inattendu et peut-être bien plus effrayant. Sous le IIIème Reich, l'Ahnenherbe avait reçu pour mission de découvrir la localisation de l'Atlantide : se pourrait-il que l'organisation du Vieux de la Montagne, et son redoutable chef, le doucereux Père Greco, ait partie liée avec d'anciens nazis ? Au Japon, en 1938, des adolescents menés par un chercheur japonais disparu à Berlin en 1945 ont exploré un très ancien village de montagne, déserté alors depuis peu. Un village où se trouve le sanctuaire du lapin rouge. Soixante-dix ans plus tard, les événements terrifiants de cette nuit les ébranlent toujours... Quel est le lien entre les recherches de l'Ahnenherbe et le sanctuaire du lapin rouge ? Qui, d'Iriya  et ses amis, ou des sbires du Père Greco, parviendront les premiers à comprendre le lien entre l'ancien Japon et l'Atlantide ?
Comme souvent dans la série, c'est un épisode plus tranquille qui fait suite à un épisode très mouvementé. On commence par une énorme déception à voir que Iriya décide, tout compte fait, de ne pas ouvrir le cercueil de Saint Marc. C'est vrai, quoi. Si depuis cinq tomes ce benêt réussit, avec ses astuces bidon, à s'opposer aux tueurs en série que ses ennemis lui collent au train, cela ne prouve-t-il pas qu'il a la faveur de quelque puissance d'ordre supérieur ? Auquel cas il pourrait bien se permettre de négliger l'avertissement cryptique sur le cercueil et nous épargner les affres de la déception. Non, c'est vrai quoi. Pour une fois qu'il trouve quelque chose, il pourrait quand même aller au bout de sa découverte...

Surtout que la suite immédiate, plutôt lente, n'est pas pour compenser la déception éprouvée. Je ne vois pas trop l'intérêt des passages suivants à Venise, ni des deux suivants. A part peut-être celui de l'homme au lapin, dont les connaissances élargies sur le sujet vont peut-être permettre d'avancer, enfin, quant au volet japonais de l'énigme... La troisième partie présente une reprise du tonus, avec de beaux questionnements, et se termine sur de nouvelles interrogations.

La série reste intéressante à lire, mais je commence à être agacé par le procédé qui consiste à rassembler des indices en fin d'épisode après avoir noyé le poisson, puis à régler leur analyse à toute allure en tout début d'épisode suivant. Je sais que le chemin est plus important que l'objectif et bla bla bla, mais n'oublions pas que ceci est une oeuvre de fiction, destinée à distraire le public.

Et le public se lasse vite d'être mené en bateau.

Alors, est-ce qu'Iriya va se décider à découvrir quelque chose pour de bon dans le tome 7 ? Là est la question.
Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires