Nefer tome 1

J'ai déjà parlé ici de Ptah Hotep, un roman de Charles Duits, roman que l'on pourrait sans doute ranger dans une catégorie appelée "antic-fantasy". Ptah Hotep est un roman à caractère uchronique, se déroulant dans un univers où, quelque part au IVème siècle, l'Empire romain n'aurait pas basculé vers le christianisme. Des siècles plus tard, la civilisation romaine perdurerait encore, jouant un rôle fondamental dans le bassin méditerranéen même si les invasions barbares ont modifié la structure du pouvoir en fragmentant les provinces en Etats sur lesquels l'Empereur n'exerce plus qu'une suzeraineté parfois très nominale... Univers où des éléments transcendants viennent compliquer la donne. Suite à des événements d'un passé mal défini, interprétés par les personnages comme une "guerre des dieux", voilà que les cieux sont modifiés par la présence de nuées qui dissimulent les étoiles, et que deux lunes éclairent les nuits. Charles Duits a repris cet univers dans un second roman, Nefer, publié en deux tomes chez Présence du Futur.

Résumé :
Nefer, un jeune prêtre de la Maison de l'Amour au pays de Hag, accompagne le Second Vizir dans une importante mission diplomatique en Iscandriane, province voisine gouvernée par un chef militaire redoutable. L'Emir du pays de Hag, en effet, ne souhaite pas rentrer dans le rang et se soumettre à l'Empereur de Rûm, mais pour cela, il doit renouveler son alliance avec le Binarque d'Iscandriane, car si celui-ci venait à jurer fidélité à l'Empereur, ses légions pourraient alors débarquer en Iscandriane et s'en servir comme d'une base arrière contre l'Emir... De tout cela, Nefer n'est pas conscient. Les ambitions et les sentiments des hommes profanes tels que le Second Vizir lui sont fort peu compréhensibles. Surtout quand ces mêmes êtres s'adonnent à des vices dégradants. Pourtant, le voyage promet de lui apporter un savoir nouveau. La rencontre d'une jeune fille de Bès, embarquée à bord du bateau du Second Vizir, va changer son existence. Et en Iscandriane, il comprendra que la nature humaine comporte maintes facettes dont toutes ne s'élèvent pas vers le divin...
On retrouve dans ce roman la langue si particulière qui caractérisait déjà Ptah Hotep. Par conséquent, si vous aviez souffert à la lecture de Ptah Hotep, ou si les styles archaïsants (certains diraient peut-être même ampoulés) vous débectent, ne vous attendez pas à trouver autre chose dans ce livre : cela doit être clair. La langue de Charles Duits semble pourtant avoir gagné en finesse et en précision, les formulations parfois étranges finissant toujours par donner l'ensemble des informations utiles d'une façon non-linéaire et originale, sans excès de mots.

En dehors de cela, et pour autant que je puisse en juger, il n'y a pas de lien d'intrigue entre Ptah Hotep et Nefer. Je n'ai pas encore découvert si l'intrigue de Nefer était antérieure ou postérieure à celle de Ptah Hotep. Il n'est pas certain que l'auteur nous l'explicite ou même nous laisse de quoi le deviner. L'histoire qui nous est racontée, une nouvelle fois, semble être un conte picaresque où un jeune homme inexpérimenté va devoir découvrir le monde qui l'entoure. Sauf qu'au lieu d'être, comme Ptah Hotep, un jeune noble chassé sur les routes de l'exil par le complot et l'usurpation, Nefer est un jeune prêtre envoyé dans une province voisine afin d'accomplir une mission mystérieuse. En fait si mystérieuse que, pour le moment, à la fin de la première moitié du roman, je ne saurais toujours pas la définir...

Une fois de plus, un roman qui se lit sans peine, mais qui laisse très perplexe. J'espère bien que la deuxième moitié permettra d'obtenir plus de clés dans la compréhension de la pensée de l'auteur.
Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires

Guillaume44 a dit…
Je l'ai vu celui-là en bouquiniste, mince j'aurai pu le prendre alors ^^ Bon pour une prochaine fois.
Anudar a dit…
A tenter, ça peut valoir le détour.
Efelle a dit…
Je ne pense pas avoir envie de remettre le couvert avec son style assez lourd.
Ca ne fait pas trop redite ?
Anudar a dit…
Le style reste "archaïsant" mais je le trouve quand même plus léger.
Efelle a dit…
Juste un petit test pour te confirmer les captcha.
Anudar a dit…
Disparus, envolés... Si tu peux me confirmer ?
Efelle a dit…
Voyons voir...
Efelle a dit…
Je confirme, c'est plus agréable et beaucoup moins lourd de cette manière.
Bon week-end.