L'Enjomineur 1792

J'ai rencontré Pierre Bordage aux Utopiales 2011. Je tournais plus ou moins autour de sa série de fantasy historique L'Enjomineur depuis quelques temps : à l'occasion d'une dédicace, et d'une (trop) brève conversation, j'ai donc décidé de franchir le pas.
Résumé :
Un "enjomineur", c'est un ensorceleur, un sorcier, un être doté de pouvoirs magiques souvent néfastes. En 1792, la France est encore un royaume, mais sans doute plus pour très longtemps. La monarchie vacille et, en Vendée, le petit peuple s'indigne de ce que le pouvoir révolutionnaire veuille encadrer ses traditions religieuses. Emile, surnommé "l'Enjomineur", que l'on dit fils d'une fée, n'est qu'un simple paysan : pourtant, il a reçu du prêtre qui l'a élevé une véritable éducation, il sait lire, écrire, et surtout parle un langage qui le distingue de ses pairs. A Nantes, Cornuaud est un malfrat qui dissimule un lourd secret : une sorcière africaine lui a jeté un sortilège vaudoun qui le contraint à tuer, tuer des blancs, sans qu'il lui soit possible de résister. La tourmente révolutionnaire ne risque-t-elle pas de les briser tous deux ? Surtout alors qu'à Paris, l'inquiétante secte des adorateurs de Mithra semble tirer les ficelles de la Révolution ?
J'ai éprouvé quelque peine à entrer dans ce livre. Il est vrai que la fantasy me fait souvent cet effet, atténué un peu ici par le vernis de fiction historique. Pas d'uchronie, à mon sens, derrière ce roman, mais plutôt une histoire d'Histoire secrète. Cela m'a très bien convenu et, passé l'apprivoisement d'un langage inhabituel, ce patois vendéen qui ne semble pas contrefait, j'ai apprécié ce récit un peu chronologique d'un moment de notre Histoire que je connais somme toute assez mal. L'auteur rend très bien une ambiance dans laquelle clans et factions tirent chacun à soi la couverture, sans bien savoir qui au juste pourra (voudra ?) l'emporter. Le sentiment de danger augmente au fur et à mesure que les pages tournent : l'armée prussienne avance vers Paris et la défaite militaire semble imminente, cependant que la guillotine commence à remplir sa sinistre fonction... Il est clair que la prochaine péripétie sera la Bataille de Valmy mais l'auteur a choisi, sans doute à raison, de ne pas en parler avant le prochain tome...

La fantasy est perceptible ici à travers l'incursion de créatures et de pouvoirs magiques dans une trame bel et bien réelle. Farfadets, sirènes et "enjomineurs" semblent être le quotidien de la Vendée, à cette époque, voire du monde tout entier. En cela, j'ai beaucoup aimé l'idée qui consiste à faire des paysans vendéens des individus attachés surtout à leurs traditions - y compris celles qui sont plus anciennes que leur foi chrétienne. Le sentiment d'urgence, voire de danger imminent, se traduit dans ce thème par une formule répétée plusieurs fois : l'ancien monde, celui des mythes, celui de la magie, est en train de disparaître. Le destin d'Emile acquiert alors une composante tragique : est-il condamné lui aussi ?

Une ouverture de cycle à l'origine de maintes questions. Je pense bien me pencher sur la suite...

Commentaires

Anudar a dit…
Oui, en plus ! J'ai trouvé amusant de retrouver dans ce livre des noms de quartiers découverts là-bas...
Lorhkan a dit…
La Vendée (ma région d'origine) ! :)
Elessar a dit…
Mais Nantes, c'est pas en Vendée, c'est en Bretagne (Troll Inside)
Guillaume44 a dit…
Au nord ou au sud de la Loire ?
Anudar a dit…
Je dirais que ça se passe au Sud :) ...
JM a dit…
A Lyon, comme dans d'autres villes, il s'est aussi passé des choses similaires...