France Five

Vous avez peut-être eu l'occasion de croiser, à un moment ou à un autre de votre enfance, l'inénarrable Bioman dont la parodie par les Inconnus est à juste hurler de rire. J'ai moi-même beaucoup aimé Bioman étant gosse et, comme j'ai eu l'occasion de le dire à mon bon ami l'excellent professeur K. (lequel titre, bien qu'appartenant à un amateur de mangas plus éclairé que je ne le serai jamais, procède plutôt de sa spécialité ès. Jean-Jacques, d'ailleurs, courez-y !) les premiers visages japonais vus dans ma vie n'étaient autres que ceux des acteurs de cette série.

Si d'autres petits français ont eu, à la même époque, le même parcours que moi, et si beaucoup d'entre eux ont dû à un moment ou à un autre jouer à Bioman comme à d'autres époques on jouait aux cow-boys, bien peu sont allés jusqu'au bout de leur passion biomanesque en dégainant leurs caméras. Je ne parlerai pas ici de la très parodique mais excellente série Bitoman - laquelle, amateur et potache comme il se doit, ne cligne de l'oeil à l'égard de Bioman pour ainsi dire qu'à travers son titre. Non, je parlerai plutôt ici de France Five, qui est quant à elle un véritable hommage au sentai, ce genre spécifique à la SF japonaise où une bande de jeunes gens revêtent des costumes en spandex (en général, un rouge, un noir, un bleu, un jaune et un rose pour la fille) pour se battre contre des streumons de l'espace (identifiables en général à leur apparence hybride, quelque part entre le démon et l'étron, à force surcouches de plastoc véritable), selon un schéma aussi simple qu'efficace (un monstre sème la terreur sur la ville, les gentils mènent l'enquête, affrontent quelques sbires des méchants avant de détruire le monstre, le monstre ressuscite en version agrandie, obligeant les gentils à l'affronter à bord de leur robot géant et à le faire éclater en étincelles : fin de l'épisode).

Car oui, des français ont décidé de rendre un hommage au sentai et de faire une minisérie (de cinq, non, six épisodes, sans doute un pour chacun des coins du grand Hexagone) respectant à la lettre le schéma et les codes du genre japonais mais en l'adaptant au contexte de la patrie du fromage, du vin, du bal-musette, du pain et... de la mode. Et, comme on pouvait s'y attendre, cela donne un véritable bijou d'humour décalé, rempli de clins d'yeux à l'anime-culture. Dans France Five, le sinistre Empire Lexos cherche à envahir la Terre, par chance protégée d'un déferlement massif par la Tour Eiffel (qui est en fait un totem d'exorcisme : Gustave Eiffel avait tout prévu), laquelle Tour Eiffel est protégée par une équipe de combattants sans peur et sans reproche : l'équipe des France Five, dont Red Fromage est le chef. Et donc, les France Five, au fil des six épisodes, vont repousser les assauts Lexos avant d'être pris par surprise (quatrième épisode) et de renverser la vapeur (cinquième et sixième épisode).

France Five, c'est aussi une histoire, celle d'une aventure. On sent, à travers les épisodes (lesquels sont disponibles sur le site officiel de la série), une véritable tendresse de l'équipe pour son sujet... ainsi qu'une relation particulière entre celle-ci et son public, construite au cours de la décennie qu'a mis la série pour être tout à fait terminée... Bouclant même la boucle : le bel hommage au sentai fait par des fans français a été jusqu'à séduire le public japonais, à ce qu'il semble ! France Five, c'est fini : l'aventure n'en est maintenant que plus belle...

Commentaires

Guillaume44 a dit…
Ha oui je m'en souviens de cette parodie, pfiuu ça date de 2006, non ?
Anudar a dit…
L'ultime épisode est sorti le mois dernier ;) . Oui, les premiers datent pas mal. Il y a eu un très long délai entre les épisodes quatre et cinq et pas mal de fans étaient pour ainsi dire désespérés...
Guillaume44 a dit…
Oui ça avait été planté dans les choux, c'est bien ça, m'en suis souvenu en fouillant. Déjà c'est bien qu'ils aient achevé si tard !
cyrille ferey a dit…
France Five n'a pas été tourné comme une parodie, bien au contraire, il a été tourné pour rendre hommage au sentai japonais, avec tout l'amour des amateurs qui ont participé au projet. Et c'est franchement du super boulot ! Dommage que ce soit fini.
Anudar a dit…
Bonjour et bienvenue ici.

De mémoire c'est bien ce que je disais dans mon article... En tout cas, oui, dommage que ce soit fini, mais on pourra toujours faire des marathon "France Five" maintenant !