Dossier A tome 15 : Toutes les Enigmes, la dernière Enigme

Comme l'indique bien son titre, ce volet de la série manga Dossier A n'est autre que l'ultime. Après donc pas moins de quatorze tomes, ce qui correspond dans le monde réel à une aventure de plus de trois ans (déjà) la quête atlante prend fin !
Résumé : 
Après avoir cherché des indices en Turquie, à Naples, à Berlin, à Venise et même au Japon et aux Amériques, Iriya est plus proche que jamais de la résolution de l'énigme. C'est le moment, pour lui, de trier ses indices et de les rassembler pour définir l'emplacement le plus probable pour la civilisation des origines.. Faut-il aller la chercher sous les ruines de Troie, transformant les travaux de Schliemann en simples résultats inattendus dans une quête plus grande ? Y a-t-il un lien entre l'Atlantide et la tombe du roi Arthur dont la vaine recherche a détruit la réputation d'Iriya quelques années plus tôt ? Le "Vieux de la Montagne", cependant, n'a pas désarmé : l'organisation millénaire, bien que maintenant divisée en deux factions hostiles l'une à l'autre, est prête à tout pour empêcher Iriya d'aller au bout de sa découverte. L'archéologue discrédité a-t-il une chance de trouver l'Atlantide ? Et si oui... ne risque-t-il pas, cette fois-ci, d'y laisser la vie ?
Les personnes (s'il y en a) qui suivent mon intérêt pour cette série connaissent mon cheval de bataille. Dans cette aventure, je suis depuis fort longtemps déçu, pour ne pas dire agacé, par l'amateurisme dont Iriya fait preuve pour un scientifique. Même si l'archéologie, en tant que discipline teintée d'anthropologie, mérite sans nul doute le qualificatif de science humaine (ou de science inexacte pour reprendre l'excellente expression d'Ayerdhal), elle n'en reste pas moins une discipline scientifique et donc sujette à des impératifs de rigueur intellectuelle dont le personnage d'Iriya, dans cet histoire, me semblait sinon dépourvu, du moins peu soucieux de les appliquer. Prise de conscience tardive (du personnage ou bien de ses auteurs ?) : le début de cet épisode est consacré, ENFIN, à un travail de récapitulation. Et comme par hasard, après avoir fait une boulot de scientifique - fort différent de celui d'antiquaire puisqu'Iriya cumule les deux casquettes - voilà qu'une hypothèse nouvelle va faire son apparition et mériter une expédition de validation.

Etablir un exposé complet des conclusions - cette fois-ci étayées par l'expérience - de la découverte d'Iriya relèverait du spoiler pur et simple, et je l'épargnerai à mes lecteurs éventuels. Il suffira de savoir qu'en effet, la localisation de l'Atlantide - imaginée par les auteurs de ce manga sans nul doute après un très intense travail de documentation - est révélée au terme de cet épisode, et qu'elle fait intervenir à peu près l'ensemble des indices découverts au fil de l'histoire. L'ensemble ou presque des personnages apparus dans les quinze épisodes sont rassemblés ici, morts exceptés bien sûr et, cerise sur le gâteau, on découvre enfin ce qui s'est passé au sujet de la pseudo-tombe du roi Arthur : occasion de mettre en évidence une fois de plus (et donc pas la dernière) le côté "oie blanche" d'Iriya, trop plein de bons principes pour survivre dans ce monde de brutes...

Pourtant, l'aventure d'Iriya - même si teintée d'un positivisme parfois si appuyé qu'il en devient agaçant - ne manque tout compte fait pas d'intérêt. Les auteurs ont, c'est évident, creusé leur sujet - ce qui, compte-tenu de leur éloignement géographique aux lieux visités, constitue sans nul doute une performance - en proposant une fort intéressante hypothèse de fiction. Et si toutes les civilisations méditerranéennes antiques dérivaient, de près ou de loin, de la civilisation atlante ? Et si celle-ci était le produit d'une étrange coopération entre groupes humains dans un passé si lointain qu'il n'en reste plus même un mythe déformé ? Oui, malgré ses quelques agaçants défauts, Dossier A est une bonne série d'aventure, un Indiana Jones en manga dépourvu de paranormal, et donc un divertissement mieux que passable. Merci.

Commentaires