Mille fois mille Fleuves...

J'ai déjà eu l'occasion de parler ici du Cycle de Lanmeur de Christian Léourier, dont j'ai chroniqué le premier puis le deuxième volet parus dans le premier tome de l'édition intégrale dont je dispose. Voici donc ma chronique de lecture du troisième volet de ce premier tome...
Résumé :
Ynis vit dans le village d'Eilton, sur la rive du fleuve Finllion. Elle est choisie pour être l'épouse du fleuve : pour un an, elle ne pourra connaître d'autre étreinte que celle du cours d'eau en général si placide. Mais loin de sa vie si tranquille, à la capitale, le Vieux Saumon - dieu incarné de la théocratie qui dirige le monde - a décidé de convoquer l'ensemble des épouses du fleuve... Chacune doit apporter avec elle ce que son fleuve offre de plus précieux : on murmure que de mystérieux hommes-oiseaux sont invités au palais. Qu'y négocient-ils ? Dans cette partie qui la dépasse pour l'avenir du monde aux mille fleuves, Ynis aura-t-elle son mot à dire ?
On retrouve ici Christian Léourier dans un format plus court que pour les deux précédents textes chroniqués de cette intégrale. Racontée en grande partie à la première personne - il s'agit d'un véritable journal - cette novella nous propose par ailleurs un point de vue différent de ceux adoptés par Ti-Harnog et L'Homme qui tua l'Hiver : le personnage principal n'est plus un homme (ou une femme) de Lanmeur mais bel et bien le représentant de la culture indigène. On voit donc ici l'entreprise lanmeurienne à travers tout le mystère qu'elle peut représenter pour une culture moins avancée du point de vue technologique.

Pourtant, le peuple d'Ynis n'est pas démuni à l'égard des hommes venus de Lanmeur. Leur spiritualité complexe et leur perception si particulière des cycles vitaux leur permet, d'une certaine façon, d'imposer leur agenda aux nouveaux venus, et d'obtenir même à la fin un début de fusion des deux cultures. Christian Léourier, à travers ce texte poétique sans être incompréhensible, propose une très belle exploration d'un mythe fondateur sur un monde qui, bien que très différent d'Arrakis, a façonné la culture de ses habitants tout autant que la planète des sables a formé par ailleurs le peuple de Dune. Jusqu'à présent, je ne trouve donc aucune raison de me déplaire dans cet univers si particulier - je pense donc bien en poursuivre ma découverte, et donc me procurer le deuxième tome de l'intégrale... A suivre !
 

Commentaires

Guillaume44 a dit…
Des bons souvenirs en tout cas !
Anudar a dit…
Chaque roman possède son ambiance, très, très agréable...
Lune a dit…
Excellent roman, même si j'ai préféré Ti-Harnog dans l'intégrale !

Dis moi Anudar, peux-tu me dire le niveau que tu te fixes pour le JLNN, à savoir 12 chroniques ou 24 ? Sachant que tu es à 10 actuellement.
Anudar a dit…
Euh... Douze mais pas sûr d'y arriver :P on verra !
Lune a dit…
Ok je note !