Articles

Affichage des articles du octobre, 2017

Ça tome 2

Image
Il y a quelques jours je parlais ici même du premier tome de Ça, le grand roman d'horreur signé par Stephen King autour duquel j'avais tourné en hésitant à maintes reprises depuis pas loin de vingt-cinq ans... Comme je le faisais remarquer cette semaine à des amis, le découpage de l'oeuvre traduite en français a de toute évidence été remanié à l'occasion d'un changement d'éditeur. Finie l'édition en trois tomes : il n'y en a plus désormais que deux, et l'oeuvre a gagné au passage de nouvelles couvertures dont j'ai envie de dire qu'elles présentent un avantage par rapport aux précédentes : un adolescent pourrait les sortir en famille sans craindre de faire vomir sa mère. Et ça, c'est un avantage quand on en vient à la littérature d'horreur. Résumé :  Ils étaient sept à former le Club des Ratés, sept qui avaient prêté le serment de revenir à Derry si un jour, par malheur, Ça devait y revenir aussi. A l'époque, ils avaient à peine …

La Forêt sombre

Image
La suite du roman Le Problème à trois Corps dont j'avais parlé l'année dernière. Ce roman m'a été offert par son éditeur et, même si j'en ai déjà rédigé une chronique l'année dernière - je l'avais lu en version anglaise traduite à partir du chinois - je vais parler un peu de ce joli volume.
On notera tout d'abord la belle illustration de couverture de Stephan Martiniere,  : identique à celle de l'édition anglophone, qui permet bel et bien de situer au premier coup d'oeil l'oeuvre dans le genre du space-opera. Le choix de la reprise d'une couverture déjà utilisée à l'international peut surprendre, mais il est ici très pertinent.
Dans ma chronique, j'avais tenté quelques traductions des termes intrinsèques de l'oeuvre, eux-mêmes traduits en anglais. J'ignore tout à fait quel était le mot chinois que le traducteur anglophone avait choisi de rendre sous la forme de Wallfacer : j'avais choisi, dans le cadre de ma chronique, u…

Ça tome 1

Image
Il y a deux semaines, je parlais ici même de Ça, le film adapté du fameux roman de Stephen King. Ainsi qu'il se devait - je pense - j'ai passé un fort bon moment devant un film qui avait beaucoup pour me plaire... au point que j'ai eu envie de prolonger mon séjour à Derry, cette ville maudite du Maine où il ne fait pas bon être un gosse. Y avait-il meilleur moyen pour y arriver que de me plonger - certains diront enfin - dans l'un des plus grands romans du maître de l'horreur ? Résumé :  Ils sont sept. En 1985, ils ont aux alentours de trente-sept ans, vivent éparpillés aux quatre coins des Etats-Unis et même du monde, sont pour la plupart riches, pour la plupart heureux, pour la plupart sans soucis... jusqu'au jour où un coup de téléphone anodin les arrache à leurs vies si bien organisées. L'un d'entre eux, Mike, vit encore à Derry, la ville où ils se sont jadis connus et où ils ont échangé une promesse en 1958, avant de se perdre de vue. Si leurs sou…

La vidéo SF du mois - Octobre 2017

Image
Une fois n'est pas coutume, en raison de l'annonce hier du lauréat du Prix des Blogueurs 2017, la rubrique mensuelle est rétrogradée à ce jour bien que nous soyons le deux octobre !

Terrarial, un court-métrage faisant la part belle aux drones et à une angoissante poursuite, lorgne vers l'esthétique post-ap' et zombie dans ce qu'elle peut avoir d'intéressant - car même si je n'aime pas ça je reconnais que, parfois, cela peut taper juste... ce que fait ce court dans ses dernières secondes...

Prix des blogueurs 2017 !

Image
C'est à présent officiel : le lauréat de l'édition 2017 du Prix des Blogueurs du Planète-SF est nul autre que Mes vrais Enfants de Jo Walton.

Mes consoeurs et confrères blogueurs en parleront bien mieux que moi qui ne l'ai pas lu - j'étais cette année en vacances du Prix et je n'ai donc pas pris part au vote. Félicitations en tout cas au lauréat qui a su attirer les suffrages par la seule vertu de ses qualités intrinsèques...