Enregistrement public de "Mauvais genres"

Dramatis personae : de gauche à droite, Robert Jackson Bennett et sa traductrice, Gilles Dumay, Eva Sinanian, Jeanne-A Debats et François Angelier.
J'ai assisté à l'enregistrement public de l'émission Mauvais genres de France Culture par François Angelier. Se déroulant dans le cadre des Utopiales de Nantes édition 2018, cet enregistrement s'est structuré en trois phases.
  1. Jeanne-A Debats a tout d'abord été invitée à présenter le festival dans son thème, le corps. La déléguée artistique des Utopiales a précisé que ce thème devait être compris selon quatre dimensions : le corps est un objet physique, il est aussi social, mais encore virtuel et psychique. Les enjeux de ce thème doivent donc permettre d'explorer ces quatre axes. Le festival permet par ailleurs d'aborder la problématique du transhumanisme : quel est son avenir ? La réponse pourra être construite entre autres par l'intermédiaire des tables-rondes mais aussi à travers la sélection filmique, toutes deux étant des plus riches.
  2. Gilles Dumay et Eva Sinanian ont été invités ensuite à présenter Albin Michel Imaginaire, dont la dimension de département éditorial et non de simple collection a aussitôt été soulignée par Gilles Dumay. AMI a pour objectif de développer la culture d'un imaginaire progressiste, en ouvrant un espace de liberté plus vaste que celui d'une collection. Robert Jackson Bennett, auteur publié chez AMI, a partagé sa vision d'un imaginaire capable de "contaminer", à même de se transmettre - une vision qui est celle aussi d'Eva Sinanian, chargée de communication chez AMI ! Gilles Dumay est revenu alors sur Anatèm, l'un des premiers romans publiés chez AMI, qu'il considère comme l'un des plus importants du genre à l'heure actuelle - un avis que je partage par ailleurs tout à fait. D'autres oeuvres - dont Les étoiles sont légion dont je parlerai dans quelques temps ! - publiées chez AMI ont aussi été évoquées.
  3. En particulier, American elsewhere dont je parlerai très bientôt sur le blog a été mis en avant, son auteur étant présent pour mieux expliquer sa démarche littéraire. Sa façon de traiter l'horreur a été comparée à celle d'un Stephen King, une comparaison que l'auteur lui-même n'a pas reniée, bien qu'il ait cité d'autres influences à commencer par celle de Twin Peaks. L'horreur, pour lui, se niche dans le dérapage de la normalité - laquelle peut s'exprimer dans son oeuvre à travers différentes scènes de l'Amérique à commencer par l'american way of life des années 50 : les Etats-Unis ont une histoire courte, avec peu de passé - ce qui ne veut pas dire que rien ne les hante pour autant ! L'émission a mis ensuite en avant des passages de l'oeuvre - avec en particulier une scène où Mona, le personnage principal décrit comme attachant par Gilles Dumay, arrive à Wink, une ville en apparence coincée dans les années 50.
Ce fut une belle conférence, à laquelle je suis content d'avoir assisté - ne serait-ce que parce qu'elle m'a permis d'ouvrir ma présence aux Utopiales cette année.

Commentaires

Lune a dit…
Merci pour ce retour sur l'enregistrement !
Lhisbei a dit…
Beau boulot :)
Anudar Bruseis a dit…
Merci à toutes deux :) !