Une Heure-Lumière - Hors-Série 2018

Dans la collection Une Heure-Lumière du Bélial', figure un Hors-Série au titre de l'année 2018. Ce volume était offert en contrepartie de l'achat de deux exemplaires de la collection : ayant acheté Dragon de Thomas Day et Cookie Monster de Vernor Vinge, j'ai donc pu le faire figurer dans ma bibliothèque !

Au menu de ce numéro figurent :
  • De la nouvelle comme idéal littéraire, un texte de non-fiction d'Olivier Girard. Expliquant l'envie et les craintes qui ont présidé à la naissance de la collection Une Heure-Lumière, Olivier Girard prend le temps de rappeler aussi que le format court possède une dimension particulière en imaginaire. En tant que lecteur d'Analog Science-Fiction and Fact je constate à chaque fois la présence, dans cette revue, de textes courts décrits par des termes parfois proches : short story, novelette, novela correspondent en réalité à des longueurs bien distinctes. Le format de la novela étant presque absent du paysage francophone, l'envie d'Olivier Girard était de créer une collection qui lui soit consacré, les craintes associées n'étaient autres que celles de l'absence de succès... De toute évidence, elles étaient peu fondées : je ne peux maintenant que me réjouir de l'existence de cette belle collection !
  • Sept anniversaires de Ken Liu. De son enfance à la maturité de l'intellect humain en passant par la conquête des étoiles et l'âge adulte, les anniversaires d'une femme qui - en quête d'une solution technique - impulse à la fois une évolution majeure de la conscience et un âge nouveau pour l'Univers. On le sait, le propos doux-amer et souvent nostalgique de Ken Liu possède une saveur mielleuse qui m'agace le plus souvent. Cette fois-ci, miracle : j'ai été conquis par ce texte qui - s'il fait en effet la part belle à la nostalgie - parvient à donner le vertige par son ambition. Je ne trouve qu'un seul reproche à lui faire : celui d'être trop court, ce qui est ironique pour le coup !
  • Un entretien avec Aurélien Police, l'auteur des couvertures de la collection Une Heure-Lumière. Entretien, ou plutôt rencontre puisque ses réponses aux questions qui lui sont posées laissent transparaître une façon de travailler intéressante et inhabituelle. Il arrive parfois que les couvertures des livres de SF soient énigmatiques - je l'avoue, parfois je me dis qu'elles pourraient gagner à être plus simples voire même sobres - et il est bon d'avoir accès au regard de l'artiste : en se livrant à ce jeu, Aurélien Police permet de mieux comprendre ce qui permet à une couverture "typée" de parler à son public. C'est fort bienvenu.
  • Enfin, le volume se conclut par le catalogue de la collection en 2018, que l'on pourra feuilleter en se demander quels autres titres on aimerait voir figurer dans sa bibliothèque à l'avenir...
C'est donc un volume intéressant qui trouvera une place de choix sur mes rayonnages !

Ne manquez pas non plus l'avis de Nébal.

Commentaires

Yogo a dit…
Et voilà comme à chaque fois que je vois passé un billet sur ce HS, je regrette de lire les UHL en numérique... lol
Anudar a dit…
Ah, je t'avoue que j'ai fait moi-même des achats précisément pour l'avoir ;)