dimanche 8 février 2015

Tétraméron

Offert par l'éditeur sans doute à cause de la tonalité fantastique de cette oeuvre, Tétraméron est mon premier Somoza. Que vaut-il ?
Résumé : 
Soledad est une jeune fille de douze ans, du genre que personne parmi ses amies ne regarde. Un jour, lors d'un voyage scolaire, elle échappe à la surveillance de son enseignante et se perd dans la cave d'un cloître. Là, dans une pièce close, deux femmes et deux hommes assis autour d'une table dessinée de deux lézards se pourchassant : bien qu'ils l'autorisent à écouter les contes qu'ils vont s'échanger à raison de deux par narrateur, elle comprend peu à peu qu'elle vient de mettre sans espoir de retour le doigt dans un engrenage... Soledad va-t-elle supporter les contes horrifiants du Tétraméron ?
Roman court et dense, Tétraméron est le nom éponyme de cette société secrète formée autour de la table aux lézards : quatre personnages qui s'échangent des contes inquiétants, souvent horrifiants et toujours pervers. Histoires cruelles dont les personnages - hormis les narrateurs, car chacun des contes est censé avoir été vécu - finissent parfois très mal, dans la douleur de l'humiliation, voire de la torture ou de la mort. Pas trop adaptées à l'âge de la jeune héroïne - faute d'un meilleur terme - ces histoires vont bien entendu avoir sur elles des conséquences peu plaisantes.

Plusieurs des nouvelles confinent au fantastique voire à la SF dans un cas au moins. L'histoire de Soledad, racontée en filigrane de cette succession de contes philosophiques mais horrifiants, n'est pas très marrante et pourtant, il se dégage de ce petit livre une excellente saveur d'humour noir. La jeune héroïne va souffrir mais, en fin de compte, elle gagnera quelque chose au terme de cette éprouvante épopée... car à jouer le jeu des quatre du Tétraméron, elle saura leur montrer qu'elle en maîtrise les règles aussi bien qu'eux. Voire même mieux !

2 commentaires:

Praline Pralineries a dit…

J'ai très hâte de le découvrir, j'aimes les ambiances noires et fantastiques de Somoza.

Anudar Bruseis a dit…

Il s'agissait pour moi d'une découverte, car c'est un auteur que je n'avais encore jamais lu. C'est sombre, mais pas sinistre.