As it used to be

Vu dans un cinéma de village, en introduction du dernier film de Wim Wenders, un court-métrage SF tout à fait accessible aux réfractaires...
Résumé : 
Dans un futur pas trop éloigné, un professeur de culture générale prend son poste, quelque part en Afrique du Sud... face à une caméra et à un amphithéâtre vide. Mais, alors que son cours télédiffusé commence, une étudiante se présente : son ordinateur est tombé en panne et, pour ne pas manquer la séance, il lui faut venir s'asseoir dans l'amphithéâtre... comme on le faisait avant.
Court, sobre, économe en moyens et en personnages, As it used to be est pourtant d'une extrême richesse en détails dont certains sont comiques. L'enseignant se présente à l'université avec un haut de costume mais porte un bermuda - lequel n'est en théorie pas visible à l'image. Sauf que l'intrusion de l'étudiante nécessite soudain l'utilisation du tableau minuscule - et donc la mise au jour de l'étrange accoutrement du professeur.

Avec l'arrivée de l'étudiante, c'est aussi une forme d'interactivité qui s'introduit dans le cours - ou plutôt la péroraison, à laquelle s'était habitué l'enseignant. Plus d'hyperliens en référence, plus de lecture d'un texte préparé à l'avance : à présent, il faut en revenir aux supports matériels, à commencer par la craie et par le papier. La surprise finale montre combien cela marche, et surtout, combien les personnages de cette histoire apprécient en fin de compte le retour à une forme d'enseignement plus conventionnelle. Car après tout, la pédagogie n'est-elle pas une science des relations humaines ?

Commentaires

Guillaume44 a dit…
Ce n'est même plus de la SF, c'est la réforme de l'enseignement supérieur mis en long métrage ;)
Anudar Bruseis a dit…
Bien vu :)

J'ai envie de dire que ça tape aussi sur une "mode", celle des MOOCs.