La Brigade chimérique Livre VI

Il y a quelques mois, j'avais ouvert mon blog depuis pas très longtemps et je commençais à faire mes premiers pas dans la blogosphère... L'un de mes premiers blogopotes (ou du moins, je le considère comme tel) venait de publier un compte-rendu sur une BD très originale, au titre surprenant : La Brigade chimérique. Le sujet, une histoire de super-héros en Europe à la fin des années 1930, m'a semblé alléchant. Cela tombait bien, c'était pour moi la veille d'un jour de départ en vacances, voire même le jour du départ, et je prévoyais d'avoir un peu de temps à tuer à Paris entre deux trains... De quoi me procurer dans une librairie le premier tome de la série pour me lancer dedans. Je ne fus pas long, dans le TGV, à me dire que Guillaume le Traqueur Stellaire (le blogopote sus-cité), avait bien raison, parce qu'on tenait là aussi bien de la bonne BD que de l'excellente SF. J'en ai déjà parlé ici et . Il s'avère que la série, en se concluant, tient la plupart des promesses faites depuis le début, et je n'ai somme toute que peu de reproches à faire à ses créateurs...

Résumé :
George Spad, amante de Séverac, est à Varsovie pour tenter de sauver Tola, femme de l'un des physiciens de l'Institut du Radium. Mais les soldats-crâne de Mabuse sont déjà dans la place : la mission de sauvetage voulue par Spad aura beaucoup de peine à passer inaperçue. D'autant plus qu'un sujet d'expérience, rempli de haine à l'égard des Curie et du Nyctalope, n'a pas choisi un autre endroit pour se rematérialiser... Pendant ce temps, la Brigade chimérique fait un carnage avec l'armée des crânes à Métropolis. Le docteur Mabuse se terre dans son QG avec les autres membres de l'ancien "gang M". La Brigade chimérique est confiante : elle sait qu'en transformant Ahasvérus en Gregor Samsa, Mabuse s'est privé d'une part de lui-même et s'est de la sorte rendu mortel. Mais, à l'abri dans sa ville de Métropolis, le démoniaque maître hypnotiseur a-t-il joué toutes ses cartes ? Et s'il a été capable de corrompre le "gang M" pour exclure Ahasvérus de la totalité qu'ils constituaient jadis, n'est-il pas le seul sur Terre à pouvoir trouver un moyen de briser la Brigade chimérique ? Le jeu des alliances, en Europe, conduit le monde au désastre et les voix de la magie et de la superscience sont appelées à s'éteindre. La guerre sera-t-elle l'affaire des surhommes ? Ou bien celle des gens ordinaires ?
La série se conclut sur deux épisodes très puissants. L'avant-dernier me semble être le plus convaincant. La façon dont Mabuse remporte sa bataille à Métropolis me semble très bien vue : somme toute, les démocraties occidentales se sont elles aussi laissées corrompre et diviser par les machinations de l'ennemi alors qu'elles avaient pour elles à la fois la force et la légitimité, comme Sérum qui, en écoutant Mabuse, a fini par causer sa propre perte. Mais le ver n'était-il pas dans le fruit ? L'attitude du squelette lors des épisodes précédents m'était apparue parfois ambiguë. Tout comme celle de l'ours, par moments. Faiblesse constitutive de nos démocraties, qui peuvent basculer du jour au lendemain si l'on n'y prend pas garde...

Le dernier épisode est en fait un épilogue. La guerre sera une guerre conventionnelle. Les atrocités vont faire en sorte que la mémoire des surhommes va s'éteindre. Surtout s'ils se révèlent, en fin de compte, très humains dans leur médiocrité, comme le Nyctalope, qui est plus préoccupé par sa place dans l'Histoire que par la cause qu'il doit défendre... et par sa propre parole. Comment ne pas y voir une critique de l'attitude française entre 1936 et 1938, lorsque l'on laissa mourir à petit feu la République espagnole avant de découper en morceaux la Tchécoslovaquie ? Les apparitions de personnages de fiction (Superman, sans doute... Francis Blake et Bob Morane) viennent à point nommé pour nous faire nous rappeler qu'il s'agit d'une interprétation sans doute assez libre, mais je trouve néanmoins l'oeuvre très bien documentée. J'ai presque envie de dire qu'il s'agit d'une véritable leçon d'Histoire...

Seul regret : il y aurait là matière à écrire, et dessiner, plutôt douze albums que six. J'espère que d'autres oeuvres aussi originales que celles-ci vont paraître, au carrefour d'influences variées... Parce que c'est une véritable réussite. Bravo !

Lisez aussi l'avis de Efelle !
P.S. : premier article posté avec un alignement justifié du texte.
Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires

Efelle a dit…
Une bonne surprise surtout le dernier chapitre et l'épilogue très amer.
Il n'y a que l'épisode de George Spad qui m'a semblé arriver un peu abruptement.

http://efelle.canalblog.com/archives/2010/10/24/19416118.html
Anudar a dit…
Oui, c'est un peu abrupt, en effet. Je me suis permis de faire un lien avec ton article... Sur lequel j'ai déposé un commentaire avec une question : qu'est-ce qu'un tome d'exposition ? (si je puis me permettre, pourras-tu mettre ta réponse chez toi et ici aussi, un copier/coller fera très bien l'affaire ?)
Efelle a dit…
Hop, je n'avais pas vu ta requête... ;)

Poser les protagonistes plutôt que de faire avancer l'intrigue...
Les trois premiers tomes sont plus axés sur la présentation de la Brigade Chimérique que des manoeuvres de Mabuse.