L'Empire du Sommeil

Il y a un an et demi de cela, je présentais ici ma chronique de lecture de La Saison des Singes, le premier volet d'une dilogie space-op' de Sylvie Denis, un livre que j'avais trouvé intrigant et intéressant malgré son arôme de simple commencement. J'attendais donc avec intérêt la sortie de ce deuxième tome et ce fut un plaisir que de le faire dédicacer par l'auteure aux Utopiales 2012...
Résumé : 
Sur Ninhs, l'Eté prend fin, et l'Automne qui lui succède n'est que l'annonce d'un Hiver tel que l'espèce humaine en a perdu le souvenir. L'Eglise rétrograde interdit toute interprétation des signes : pour elle, il ne se passe rien d'anormal et la belle saison va revenir ; et pour appuyer ce credo, ses dirigeants sont prêts à tout. Les Ninhsis, eux, pourraient assister les êtres humains dans cette épreuve qu'ils ont déjà connue et pour laquelle ils préparent le zumah, la migration immémoriale destinée à sauvegarder l'espèce du froid qui s'avance. Dans le ciel, Irinat Mincor, la dernière des personnalités encore à peu près autonome de l'Abondant, le grand modifié abattu par Kiris T. Kiris, doit se battre sur trois fronts : protéger l'espèce humaine de la folie de Kiris, rétablir le contact avec les autres personnalités de l'Abondant et... achever, peut-être, le mystérieux projet développé sur Ninhs par les grands modifiés. Ailleurs dans l'espace humain, une sourde révolte commence à se faire jour entre les Structures et la Charte que dominent les grands modifiés. Les réponses à l'énigme millénaire de la disparition de l'Abondant se trouvent-elles sur Ninhs ? L'espèce humaine est-elle au seuil d'une nouvelle évolution ?
Il m'a été bien difficile de lire ce livre. Toute la responsabilité ne pèse pas sur lui, bien sûr : mon temps de lecture a été très raccourci depuis plusieurs semaines et j'ai été, plusieurs jours de suite, dans l'incapacité de lire plus de quelques pages par jour. Sans doute aurais-je dû, peut-être, au minimum relire ma chronique du précédent volet de cette histoire afin de rafraîchir ma mémoire : j'ai dû me plonger dans ce livre en ayant oublié les noms de la plupart des personnages secondaires... ce qui n'aide guère la compréhension d'une telle fresque.

Le livre lui-même n'est cependant pas venu à ma rescousse. Dans cette histoire questionnant les relations entre les différents groupes d'une humanité en pleine transition vers... autre chose, il est bien dommage que tant de temps fictionnel soit employé à traiter des questions relatives aux états d'âme de quelques habitants humains de Ninhs. Laquelle planète, étant sous-développée au regard des autres civilisations de l'espace humain, n'est peut-être pas le meilleur endroit pour explorer les différentes post-humanités en conflit dans cet univers futur. Quel dommage, dans ces conditions, que les personnages sortis de la Charte ou des Structures n'apparaissent que si peu, dans des passages qui se font rares entre les développements de l'intrigue sur Ninhs. Laquelle intrigue, malgré son rôle central dans la résolution du schéma de ce livre (et du précédent), ne me laisse qu'un souvenir en demi-teinte.

Restait, pour sauver ce livre, la piste du mystère extraterrestre évoquée dans le premier tome de l'histoire. Que l'on se rassure : loin de passer à la trappe, il joue son rôle et même au-delà. Gagnant d'un seul coup en tonus dans ses cent cinquante dernières pages, le livre trouve enfin toute sa perspective temporelle en questionnant non plus le millénaire écoulé depuis l'arrivée brutale de l'espèce humaine sur Ninhs mais bel et bien les millions d'années. Sans pour autant être manqué, L'Empire du Sommeil déçoit, car entre temps et post-humanité, il y avait là de belles idées, matières pour écrire un roman exceptionnel ! Et j'espère bien avoir l'occasion, à l'avenir, de lire de la main de l'auteure des pages aussi belles que celles que je souhaitais pour ce livre...

Commentaires

Efelle a dit…
Le résumé ne m'attire pas déjà... Pourtant son recueil de nouvelles est très bon.
Gromovar a dit…
Pour moi aussi, ce n'est qu'en attente.
Anudar a dit…
Il faudra que je me penche dessus. J'aimerais lire autre chose d'elle.
Anudar a dit…
Je serais preneur d'un autre avis.
Guillaume44 a dit…
Je suis quand même tenté, par curiosité, mais je suis averti par ta chronique, merci :) Bon deux grands formats à lire quand même, ouch, je préfère les romans "one shot" quand même ;)
Space opera a dit…
C'est le grand mal du space opera français : de bonnes idées mais souvent mal exploitées/traitées.
Anudar a dit…
Zut, j'avais manqué ton commentaire. Donc oui, ça fait deux grands formats d'un coup et pour une fin peut-être pas très conclusive. Dommage !
Anudar a dit…
Je ne sais pas si c'est typique du space-op' français ou francophone mais oui, là, il y a un souci dans l'exploitation des idées.