Autremonde tome 1 : L'Alliance des Trois

Voici un livre qui m'a été recommandé il y a quelques temps par un ami, dans les mois de diminution d'activité qui ont précédé la mise en pause de ce blog. Je n'ai alors pas trouvé l'énergie de m'y intéresser tout de suite et ce n'est que ces dernières semaines, avec la reprise de mon activité sur le blog et surtout la planification des lectures estivales (et ça, les gens du Planète-SF doivent bien savoir pourquoi) que je me suis souvenu de ce conseil. Après quelques jours de lecture, me voici donc fin prêt pour en produire ma chronique...
Résumé : 
New York, années 2000, où Matt mène une vie tranquille, celle d'un adolescent de quatorze ans quelque peu geek, passionné par Le Seigneur des Anneaux et les jeux de rôle se déroulant dans des univers de fantasy. Le monde de l'enfance est derrière lui : ses parents sont sur le point de se séparer, sur le point de se livrer une bataille sans merci pour obtenir sa garde, juste au moment de Noël. Pourtant, Matt ne sait pas que son univers va être bouleversé au-delà de tout ce qu'il aurait pu imaginer : voilà qu'un orage de neige s'abat sur la ville et fait disparaître toute forme de technologie sur son passage ! Il y a pire encore : quand la tempête se calme, voilà que Matt découvre la disparition de l'ensemble des adultes et des adolescents les plus âgés. A leur place ? Des mutants répugnants et agressifs, que les survivants ne vont pas tarder à désigner par le terme "Gloutons", mais aussi des êtres sans doute plus dangereux, les "Cyniks", adultes rendus fous par l'orage et désormais animés de mauvaises intentions à l'égard des plus jeunes. Car les enfants, eux, n'ont pas changé... ou en tout cas, pas d'une façon encore visible. Et dans le chaos d'un monde nouveau, où la nature va reprendre tous ses droits sur la civilisation, Matt et ses amis ne vont pas tarder à découvrir qu'ils disposent de plus d'un atout contre les nombreux ennemis qu'ils vont devoir affronter...
Sans surprise, il s'agit du premier tome d'une saga jeune public, ou Young Adult comme on dit à notre époque où les fanas des étiquettes en inventent sans cesse de nouvelles dès lors qu'il paraît que les précédentes sentent mauvais. Ce que l'on aurait fut un temps désigné comme de la fantasy (urbaine, s'il faut ajouter une précision) sera donc rangé dans une catégorie fourre-tout bien peu appropriée. Quoi que... Autremonde se rapproche d'emblée de Harry Potter avec la formation d'un trio où Matt va tenir le rôle du héros humain et trop humain, flanqué d'un garçon un peu poltron et plutôt marrant mais aussi, et surtout, d'une fille jouant le rôle du cerveau dans leur équipe. On pardonnera volontiers à l'auteur cette parenté somme toute anodine, le thème de cette histoire s'éloignant tout à fait de celle du sorcier binoclard, et ce même si une créature aussi intelligente que monstrueuse est à ses trousses. On rapprochera, et à la réflexion, plus volontiers Autremonde de Seuls, où là aussi des enfants doivent apprendre à survivre dans un monde soudain devenu hostile suite à la disparition des adultes.

Ce livre s'apparente en fait à un volume d'exposition pas trop mal charpenté : il s'agit, pour l'auteur, d'introduire en douceur les concepts qui devront par la suite couler de source aux yeux du lecteur. Compte-tenu des parentés littéraires de cette Alliance des Trois, l'auteur peut se permettre d'en recourir à pas mal de scènes d'action sans perturber pour autant l'entrée dans son univers. On lui pardonnera le recours peut-être un peu facile au coma de cinq mois pour plonger Matt dans un univers soudain changé, celui d'une société de gosses en pleine reconstruction sur les décombres de celle des adultes. L'inquiétude, pourtant, reste présente, et du début jusqu'à la fin : plusieurs périls pèsent sur les "Pans", ainsi que bien des sujets d'inquiétude. Le monde a changé autour d'eux et voici que, tout soudain, l'espèce humaine a cessé de dominer la nature. L'argument écologiste peut sembler facile voire simpliste : il n'empêche que les difficultés de la survie au jour le jour, la technologie une fois disparue, ne peut qu'interroger le lecteur - jeune ou moins jeune ! - quant à la fragilité de son existence dans une nature peut-être pas si paisible.

Sans surprise, il s'agit d'un véritable page-turner, que l'on peut ingurgiter en quelques heures de temps de lecture. Assez réjouissant même si sans être éblouissant, ce livre appelle bien entendu à lire ceux qui le suivent puisqu'il y en a toute une série. On espère que les suites feront aussi bien, voire mieux : après tout, n'est-ce pas là tout ce que l'on demande à de la littérature d'imagination ?

Commentaires

Guillaume44 a dit…
Je crois que ma copine l'a lu, mais je ne suis pas certain. Honnêtement par curiosité ça pourrait bien me tenter.
Anudar a dit…
C'est sympa et inoffensif, à condition de ne pas faire d'allergie stupide à la littérature jeune public bien sûr.
Guillaume44 a dit…
Beaucoup de YA n'en sont pas vraiment en vérité, l'étiquette est pas mal commerciale. Ta comparaison à Harry Potter est très bonne pour cela, puisque la fameuse saga est l'exemple même du côté flou de l'étiquette. En définitive YA correspond presque à une catégorie d'âge jeune, oui, mais pas en raison d'une distinction avec des capacités intellectuelles ou une maturité "adulte". Mais parce qu'en définitive les "young adults" baignent dans une culture "SFFF" qui a le même âge qu'eux. AMHA c'est une des faiblesses de l'étiquette et pourquoi elle a du mal à se justifier.
Anudar a dit…
D'un autre côté ça fait mal de voir "Harry Potter" affublé de la même étiquette que les bit-litteries
Guillaume44 a dit…
Oui, et je dirais que la bit-litt est le cas inverse de la YA. Je m'explique, là où l'étiquette YA peut "tuer" un bon livre par sa mauvaise compréhension, l'étiquette bit-litt nous permet d'éviter un mauvais livre ^^
Anudar a dit…
Le même avec l'étiquette post ap, en vérité, ou presque :P
Pico Yo a dit…
Personnellement, j'ai adoré ce livre !! Je n'ai pas assez évolué pour abandonner la littérature de jeunesse. Et fan de post-apo, celui-ci m'a ravi. Il m'a rappelé Colère de Denis Marquet. Je l'ai relu à chaque sortie de nouveau tome alors je commence à bien le connaître ... ;)
Anudar Bruseis a dit…
Bonsoir et bienvenue ici !

"Colère" ? Argh... J'en garde un souvenir épouvantable...