Blake et Mortimer tome 20

A la différence d'un Tintin dont Hergé a bien dit qu'en dehors de lui, point de salut, Edgar P. Jacobs, le créateur de la série Blake et Mortimer, n'a pas interdit à d'autres dessinateurs et scénaristes de poursuivre l'aventure en son absence. Si bien que depuis une quinzaine d'années (purée, déjà), nous voyons arriver de nouveaux albums avec une belle régularité. Toujours très fidèles au style graphique de la "ligne claire" si net de Jacobs. Les scénarios, quant à eux, ne sont pas toujours à la hauteur. Si certains albums sont passionnants, d'autres sont beaucoup plus décevants.

Le cycle en cours, celui des Trente Deniers de Judas, se conclut avec cet album.
L'épisode précédent avait laissé Mortimer en très fâcheuse posture, abandonné par Olrik en plein milieu de la mer, sans eau ni nourriture sur un bateau pneumatique. La fameuse chance de l'anglais lui sourit une fois de plus car un avion passe et le recueille, avec à son bord nuls autres que Blake et Jessie Wingo, agent spéciale au service des Etats-Unis (déjà rencontrée dans L'étrange Rendez-vous). Tout ce petit monde part à la recherche d'Olrik et de son commanditaire, le nazi von Stahl. Mais tout ne va pas se dérouler pour le mieux et le groupe de gentils va être dispersé. Seuls, Blake, Mortimer et Jessie vont gagner l'île de Syrenios où ils vont découvrir de précieux indices pour avancer dans leur quête...
Laquelle quête touche à sa fin, puisque les trente deniers vont être découverts au terme de l'album, comme on pouvait s'en douter. L'épisode est distrayant mais sans plus, les événements se déroulant peu à peu et les énigmes étant résolues presque aussitôt que proposées. On a un peu l'impression, non pas d'un album, mais d'une juxtaposition de pages concentrant une intrigue autonome chacune...

Et lorsque l'action s'accélère, c'est pour se retrouver dans une histoire qui respire son Indiana Jones. Avec les trente deniers à la place de l'Arche perdue. Le gros méchant trouve d'ailleurs une fin très semblable à celle des nazis à la fin du premier Indiana Jones... Mais il est vrai que l'influence était sensible depuis le début ou presque.

Un cycle en demi-teinte, par conséquent : pas mauvais, mais loin d'être passionnant. Et c'est dommage.
Share/BookmarkWikio Voter !

Commentaires

Anonyme a dit…
Assez d'accord avec vous, mais les dessins d'Aubin sont très beaux, particulièrement la montée vers la caverne d'Achéruse ou le lac souterrain, ce qui donne un attrait à cet album, contrairement à certains autres où les personnages sont moins bons.
Mon arrivée sur votre blog intéressant s'est faite au hasard de mes recherches sur Blake et Mortimer, mais si vous aimez ces personnages, je me permets de vous conseiller le site d'un passionné compétent, site où j'ai trouvé pas mal de renseignements : www.marquejaune.com.
Cordialement.
Andrée
Anudar a dit…
Bienvenue ici, Andrée, merci pour votre commentaire, aussi. Je vais de ce pas faire un tour sur le site dont vous parlez. La série Blake et Mortimer est l'une de celles que j'ai plaisir à suivre et depuis fort longtemps...

A bientôt !
Anonyme a dit…
avec ta bibliothèque, je vais pouvoir en toute quiétude lire et acheter des livres, merci Anudar pour cet immense travail !
Anudar a dit…
Merci pour ce commentaire ! L'objectivité me doit de te signaler que d'autres blogolecteurs sont actifs et que tu trouveras leurs adresses dans mes favoris, sur la barre de droite... N'hésite cependant pas à revenir et à commenter si le coeur t'en dit :) !
Estouille a dit…
Je ne suis pas contre le fantastique mais sa place n'est pas dans Blake et Mortimer. D'accord pour la SF mais pas de Fantastique. De plus on peut noté la stupidité du Pr Mortimer quand il met le feu à son canot. Dernière chose, Olrik se rend car il ne sait pas bien nager. Malgré tout, les dessins de Aubin sont splendides... Cet album est un malédiction autant dans l'histoire mais aussi pour ceux qu'il l'ont réaliser (on pense à eux)
Estouille a dit…
Félicitation pour ce site et vos analyses !
Anudar a dit…
Bienvenue ici, et merci pour vos appréciations !

La série tape en effet plutôt dans le scientifique, plus ou moins justifié (comme dans "Le Piège diabolique", par exemple)... Ici, j'ai eu un peu l'impression de lire une resucée des "Indiana Jones", les situations téléphonées en plus, tout de même.

On espère mieux pour les prochains !
Anonyme a dit…
Jacobs a utilisé la SF mais aussi le fantastique. On ne peut pas cataloguer la superbe histoire du Mystère de la Grande Pyramide dans la SF...ni même L'Enigme de l'Atlantide malgré la fin.
Pour la Malédiction, je trouve le 1er tome assez intéressant au point de vue narration et thème, et le second tome très bien dessiné ; dommage que le scénario de ce second tome soit nul.
La prochaine aventure, vue par l'autre duo de repreneurs, se passera à Londres. Espérons...
Andrée
Anudar a dit…
A ce qu'il paraît, un deuxième tome de la série parodique "Les aventures de Philip et Francis" est annoncé. On va bien voir ce que ça donne.
Anonyme a dit…
"Le Piège machiavélique" est en effet prévu pour mars 2011, mais sa prépublication a déjà commencé dans le nouveau magazine de BD "L'immanquable".
C'est une parodie "officielle"...on aime ou on n'aime pas ce genre, bien sûr, mais les auteurs sont sympathiques et les scénarios amusants.
Andrée