Le Chasch

Je n'ai jusqu'à présent que peu lu Jack Vance : sur ce blog, cet auteur pourtant classique n'a été invité que deux fois, en particulier avec son Space Opera et c'était il y a plusieurs années déjà. La chose n'a pas manqué de surprendre certains de mes interlocuteurs, mais je n'ai jamais ouvert son oeuvre maîtresse, le fameux Cycle de Tschaï ouvert par le présent livre. Il faut dire qu'à l'époque où je me suis intéressé d'une façon systématique aux classiques de la SF, il y a une vingtaine d'années, certains incontournables n'étaient que peu disponible en librairie : songez qu'il m'a fallu tout de même des années avant de lire Les Robots de l'Aube...
Résumé : 
Adam Reith était l'un des membres de l'équipage de l'Explorateur IV, venu enquêter dans le système d'un monde éloigné de la Terre, dans une région encore peu connue de l'espace. A présent, le voici le seul survivant de son astronef, détruit depuis Tschaï, et lui-même naufragé sur cette planète où l'espèce humaine est déchirée par les conflits incessants qui opposent les quatre civilisations dominantes : la race des Chasch, celle des Wankh, celle des Dirdir et celle des Pnume. Capturé par une troupe de nomades humains, il va chercher à récupérer la carcasse de sa navette écrasée, afin peut-être de pouvoir un jour s'enfuir de Tschaï... Mais pour cela, il va lui falloir comprendre les secrets d'une culture plus ancienne que celle de la Terre, où la relation des êtres humains aux races extraterrestres est truquée de plus d'une façon...
Un naufragé, une planète mystérieuse, des extraterrestres hostiles : on se sent ici comme dans un Wul ou presque ! L'action ne s'interrompt pour ainsi dire pas, et l'intrigue - même si elle suit un schéma peu original - se déroule d'une façon logique depuis le naufrage, la découverte par Reith de nouveaux alliés - pour ne pas dire amis, le début d'un voyage aux allures d'initiation puis l'ascension sociale d'un être hors du commun. Car sur sa terre d'infortune, si Reith est ignorant des us et coutumes locaux, il dispose par contre d'une connaissance qui n'a pas de prix... en effet, il sait que l'espèce humaine provient d'un autre monde et qu'elle n'a pas été de toute éternité contrainte à la servitude ou à la misère par l'une ou l'autre des races dominantes sur Tschaï.

On regrette un peu de ne pas mieux comprendre la psychologie, ou même la biologie de l'espèce éponyme de ce récit : même si Reith explore quelques-uns des secrets de la ville des Chasch Bleus, il est loin de mettre au jour leur différence radicale avec l'espèce humaine. Bien sûr, au contact des "Hommes-Chasch" qui, moins que des hybrides, sont plutôt des esclaves endoctrinés par un véritable tour de passe-passe, vont apparaître en creux certaines caractéristiques de cette espèce reptilienne. Il ne faut pas oublier non plus qu'il s'agit du premier volet d'une quadrilogie : nul doute que les prochains tomes, dont je prévois d'ores et déjà la lecture, viendront satisfaire un peu mieux mon besoin de compréhension...

Commentaires

Efelle a dit…
Le plus faible de la série, ça se bonifie avec le suivant puis vient le Dirdir qui reste mon préféré.
Anudar Bruseis a dit…
Je découvre bientôt "Le Dirdir", après deux autres lectures planifiées... La chronique passera sur mon blog et on verra bien !