Mécaniques fatales

Voici ma chronique d'un livre qui m'a fait de l'oeil il y a plusieurs mois, lors d'une visite à la boutique du Palais de la Découverte, où il était en rayon...
Résumé :
Cela fait plusieurs millénaires que l'idéologie dominante, celle du darwinisme municipal, a lancé les anciennes métropoles devenues locomopoles sur le Terrain de Chasse... Affamées, les grandes villes se poursuivent dans les océans asséchés, se dévorant les unes les autres pour les matières premières et la main d'oeuvre humaine. Car depuis la Guerre d'Une Heure, la Terre va mal. A l'Est pourtant, l'immense continent Asiatique, protégé par les montagnes les plus hautes du monde, résiste au darwinisme municipal : c'est l'endroit où la Ligue Anti-Mouvement abrite ses colonies statiques derrière une muraille impénétrable... Sur le Terrain de Chasse, Londres a faim. Ses Ingénieurs, au pouvoir depuis vingt ans, sont en train de mettre au point une arme terrifiante... Mais de cela, Tom, le jeune Historien apprenti, n'a pas conscience : les chasses de Londres, son lieu de naissance, restent pour lui un motif de réjouissance. Du moins, jusqu'à ce jour où il va faire plusieurs rencontres déterminantes...
Entre océans à sec, cyborgs en folie et simples humains prêts à tout pour arracher aux autres le peu qu'il reste à exploiter sur une planète épuisée, il y a là-dedans une ambiance post-apocalyptique bien marquée, je pense qu'elle devrait plaire à Tigger Lilly... Et c'est pourquoi je colle sur ce billet le TAG de son challenge Fins du Monde. Pour un roman jeune public, ce livre est d'une rare noirceur sans pour autant être glauque. Le jeune Tom, qui découvre en fait son monde pour mieux nous le faire découvrir, se montre on ne peut plus naïf et sensible à la propagande municipale. Ainsi, l'un des principaux antagonistes reste pour lui un héros jusqu'à la fin. Il est vrai aussi que ce monde où les villes bougent ne favorise pas l'ouverture d'esprit : le paysage change, mais pas le contexte social, et au nationalisme a succédé l'esprit de clocher. Pour s'en rendre compte, il va falloir que Tom arpente le sol du monde, une chose pour lui répugnante et inquiétante - car ce monde est plein de danger qu'il a peine à imaginer.

Face à lui, le portrait d'Hester, jeune fille défigurée, liée au destin de Londres de plus d'une seule façon, vient agir en contrepoint. Elle n'a pas sa candeur, car elle est animée par un inextinguible désir de vengeance. Elle n'a pas non plus ses inhibitions, car par la force des choses elle a déjà vécu hors de toute agglomération. Les passages les moins convaincants de cette histoire sont peut-être les moments londoniens, quand l'auteur nous ramène au complot des Ingénieurs qui, grâce à des secrets technologiques perdus, vont tenter de percer une bonne fois pour toutes la barrière de la Ligue. Mais il est vrai que, bien à l'abri des murs de Londres, l'ambiance post-apocalyptique est moins sensible...

Commentaires

Tigger Lilly a dit…
Ha voui, ça a l'air sympa. D'autant que le postapo en littérature jeunesse ce n'est pas très courant.