La Mécanique du Talion

Lors de ma présence aux Oniriques de Meyzieu, j'ai croisé Laurent Genefort auprès duquel j'ai fait l'acquisition de ce roman assez court, inscrit dans le même univers que son fameux Omale...
Résumé : 
Léodor Kovall est un homme fini, mais il ne le sait pas encore. Des tueurs sont après lui, des tueurs dangereux, disposant d'une logistique redoutable, mais le pire, c'est que sa mort est secondaire dans l'application de leur contrat. Pour le faire parler, ils vont le mettre en pièces d'une façon trop ignoble pour qu'il puisse alors se résigner à la mort. Soutenu par une haine sans nom, Kovall conquiert sa guérison et devient Valrin Hass : véritable némésis, il est prêt à tout pour dénicher les donneurs d'ordre de ses tortionnaires. Sa seule piste ? Ce qui l'a mis dans le pétrin, c'est lorsqu'il a porté assistance à un groupe qui semblait protéger une femme étrange, aux doigts dépourvus d'ongles. Alors, pour accomplir sa vengeance implacable, il va devoir arpenter l'espace humain - et peut-être mettre au jour une énigme cosmique à côté de laquelle sa haine elle-même ne pèse rien...
Pas de sphère de Dyson omalienne dans ce roman : en lieu et place d'une prison cosmique, on explore un univers où les systèmes humains sont reliés par les mystérieuses Portes de Vangk, du nom de l'espèce énigmatique ayant construit ce réseau de portails interstellaires. La vengeance de Valrin est tout d'abord un bel argument pour passer d'un monde à l'autre : si le transit par les Portes est instantané, le passage d'une planète ou d'un habitat spatial à une porte, lui, ne l'est pas, et il ne coûte pas rien. Seul au départ dans sa croisade, Valrin va épuiser les ressources qui lui restent pour trouver une piste et faire les premiers pas, ceux qui le conduiront jusqu'à son premier allié véritable.

Avec l'irruption de celui-ci, c'est l'ouverture d'une phase nouvelle dans ce roman picaresque : la mystérieuse femme sans ongles est une chimère génétique, et peut-être la meilleure chance qu'a l'espèce humaine de comprendre les fameux Vangk et surtout leurs Portes. Esquissant alors un univers de souveraineté partagée entre pouvoirs économiques, les multimondiales, l'auteur lorgne quelque peu vers certains éléments du Cycle de Dune. Comment ne pas penser, avec ces Portes sélectives et fragiles, à des ressources non renouvelables tout comme peut l'être l'épice gériatrique d'Arrakis ? Si Frank Herbert, dans son grand-oeuvre, avait choisi de se priver de toute allusion extraterrestre pour mieux sonder l'âme et la biologie humaines, Laurent Genefort propose ici un foisonnement de mondes et de biosphères étrangères dont certaines sont hostiles. Créateur de mondes, l'auteur de La Mécanique du Talion ne recule pourtant pas non plus devant la possibilité de parler de nouvelles humanités : en ces temps futurs où les Portes de Vangk s'ouvrent vers l'infini, les corps changent et subissent l'évolution - par la génétique et par le scalpel, dans certains cas. Valrin lui-même n'est-il pas, en quelque sorte, un post-humain ?

Dense et intense, La Mécanique du Talion fascine par ses enjeux qui restent pourtant guère plus que suggérés. En forme d'énigme cosmique, le mystère extraterrestre des Vangk n'est pas élucidé ici : mais doit-il l'être, alors que c'est par lui que l'espèce humaine est appelée à évoluer ? Un roman dynamique, et qui vient éclairer d'une façon nouvelle mes souvenirs omaliens : merci !

Ne pas manquer l'avis de Julien.

Commentaires

Escrocgriffe a dit…
Le moins que l’on puisse dire, c’est que la fin de ta chronique est intriguante ! Si en plus l’action se déroule dans l’univers d’Omale… Du coup, j’ai bien envie de découvrir cet auteur si populaire.
Anudar Bruseis a dit…
Merci :)

L'histoire de ce livre-là se déroule dans l'univers des Portes de Vangk, lequel fonde celui d'Omale. Donc d'un point de vue technique il s'agit du même univers... même si tu ne verras pas le bout de la queue de la fameuse sphère de Dyson dans celui-là. Néanmoins, c'est une bonne façon d'entrer dans le space-op' selon Genefort... sans restriction !
J'ai également bien aimé ce roman de Laurent Genefort. Juste envie d'en lire d'autres.

Mon avis si tu veux y jeter un oeil http://naufragesvolontaires.blogspot.be/2015/05/la-mecanique-du-talion-laurent-genefort.html
Anudar Bruseis a dit…
Non content d'aller voir je vais te lier ;)