Le Spirou de... tome 8 : La grosse Tête

Depuis une petite dizaine d'années, l'univers de Spirou s'est enrichi d'un certain nombre d'albums hors-série, dessinés ainsi que scénarisés par différents compères. Bien souvent, ces albums - très bien réussis - proposent un certain regard sur le personnage et l'univers presque tentaculaire qu'il habite, avec des retours sur des lieux ou des intrigues apparus dans un passé reculé de la série...
Résumé : 
Dans le plus grand secret, Fantasio a écrit un livre à partir des notes prises pendant l'affaire de la "Mauvaise Tête". Hélas pour lui, son oeuvre ne rencontre aucun succès... jusqu'à ce qu'un producteur de cinéma, rencontré lors d'un spectacle donné au bénéfice des réfugiés politiques du Bretzelburg voisin transformé en dictature militaire, leur fasse part de son intérêt pour une adaptation ! Mais, avec la célébrité renouvelée de Spirou, c'est une rivalité bien aigre qui va opposer les deux vieux amis... Alors que l'adaptation des "Prisonniers du Bouddha" est délocalisée au Bretzelburg pour des raisons économiques, il semblerait bien que Spirou a pris la grosse tête... et Fantasio, lui, va-t-il tolérer longtemps les nouvelles façons de son ami - alors que tous deux ont jadis contribué à libérer le Bretzelburg une première fois ?
Fantasio est, dans l'histoire de la série, l'éternel faire-valoir du héros qu'est Spirou. Un peu plus âgé comme en témoigne sa calvitie marquée, un peu plus attiré par la gent féminine - ah ! Ororéa... - et un peu plus gaffeur, il est pourtant peut-être plus attachant que son vieux comparse, parfois trop lisse, trop peu humain pour que l'on puisse bien s'identifier à lui. Le duo Tome et Janry avaient d'ailleurs construit un album (La Vallée des Bannis, numéro 41 de la série principale) où Fantasio, devenu fou, se rebellait contre cet ordre des choses en pratique imposé par Jijé, le prédécesseur du grand Franquin... Ici, le rapport de forces entre les deux héros est secoué non par le truchement d'un moustique venimeux mais bel et bien par celui d'un sérum de vérité distillé par le Comte de Champignac. Et, à la faveur d'une séance de vérités envoyées, on a le plaisir de voir Spirou hériter d'un peu de ce qui constitue d'ordinaire le lot de Fantasio, à commencer par un lit colonisé par des sporophores de champignons...

L'intrigue de ce long album (plus de soixante-dix pages, bonus compris) est dense. Avec le retour au Bretzelburg changé à nouveau en dictature militaire, les auteurs se payent le luxe d'évoquer l'un des meilleurs albums de la série (QRN sur Bretzelburg, numéro 18, dont la publication avait été interrompue pour cause de maladie) et de faire apparaître le célèbre Doktor Kilikil. On est ici dans l'hommage très bien assumé : les auteurs connaissent leur sujet, ils l'aiment et ils savent comment ça fonctionne, une aventure de Spirou bien construite... Quand au dessin, s'il ne louche pas trop vers le trait de Franquin (voire même pas du tout), on s'y habitue assez vite : contemporain, aux couleurs choisies avec soin, il possède ce rien de rondeur qui convient si bien aux traits du visage de Spirou. Eternel gamin, le groom superstar n'a pas vieilli dans cette histoire - même s'il relève l'incohérence de vivre à l'ère des jeux vidéo alors que ses premières histoires, elles, se sont passées avant la démocratisation de la télévision... Les héros ne vieillissent pas, dit-on : c'est parce que leurs auteurs savent les rendre intemporels. Et c'est bien là tout le charme de cet album.

Commentaires

Totirakapon a dit…
Ah, "QRN" !, à l'époque, j'ai attendu des mois la suite dans Spirou !
Anudar Bruseis a dit…
Je n'étais pas né. D'ailleurs, je n'ai jamais suivi "Spirou". Par contre, j'ai appris des années après avoir lu l'album que sa publication avait été interrompue... pour cause de dépression à moins que ce ne soit un burn-out. A l'époque, Franquin travaillait comme une bête de somme sur je ne sais plus combien de séries en même temps...
Vert a dit…
Je vais me le noter dans un coin celui-là, j'aime beaucoup cette série "hors-série", y'a de sacrés albums dedans !
Anudar Bruseis a dit…
Celui-ci n'est peut-être pas le meilleur, mais je te rejoins tout à fait dans ton appréciation du projet de "hors-série".