Yoko Tsuno tome 27 - Le Secret de Khâny

Les parutions de l'incontournable série Yoko Tsuno se font rares et, pour les nombreux amis de l'électronicienne japonaise, la voir faire son retour est toujours une bonne nouvelle. Ici, Roger Leloup offre à ses lecteurs la possibilité de faire un nouveau voyage en compagnie de Khâny, la vinéenne à la peau bleue et aux cheveux d'or qui a toujours été son alliée indéfectible depuis leur toute première rencontre... Un retour que je n'attendais pas de sitôt : après tout, la dernière aventure vinéenne en date remontait à près de cinq ans et la précédente à... dix-neuf ! Ma chronique de cet album sera l'occasion, pour moi, d'annoncer ici ma participation au challenge estival du RSFBlog, le fameux Summer StarWars, dont cette sixième édition est numérotée III (ben oui). Ah... Vynkâ me signale que les moteurs à photons sont connectés, prêts au départ... Première escale du voyage : la planète Mars !
Résumé : 
Les nuits au cottage de Loch Castle ne sont pas toujours de tout repos. Yoko, réveillée par un vacarme subit, a le déplaisir de découvrir Emilia tenant un désintégrateur en mains, alors qu'un drone vient d'être abattu devant la fenêtre ! Pourtant, la fougueuse adolescente n'y est cette fois-ci pour rien : voilà qu'un autre engin, beaucoup plus exotique et sans nul doute "made in Vinéa", les agresse avant de s'écraser dans le loch. Quelques instants plus tard, c'est Khâny en personne qui se présente sans s'être annoncée ! La vinéenne vient cette fois-ci proposer une mission dangereuse à Yoko, car elle a besoin de son aide pour mettre fin aux derniers surgeons des manigances de Karpan, la brute qui avait jadis rêvé d'imposer sa présence aux terriens par le feu, le sang et la mort. Sur Mars, les derniers fidèles de Karpan ont rassemblé quelques cartes maîtresses, à commencer par un programme d'élimination des micro-organismes terrestres, prélude à une véritable "vinéoformation"... et à l'extermination de toute vie indigène sur Terre ! Seule, Khâny est impuissante, et Yoko ne se défilera pas... mais pourquoi son amie lui semble-t-elle distiller ses informations au compte-gouttes ?
Cela fait donc trois épisodes que Yoko semble avoir adopté son cottage de Loch Castle pour quartier général. Il faut reconnaître que tout en étant l'emplacement de l'une de ses aventures les plus palpitantes (La Proie et l'Ombre, tome 12) et en se trouvant pas très loin d'un accès aux bases vinéennes souterraines, l'endroit est superbe : en toute logique, Leloup saisit l'opportunité de dessiner quelques paysages écossais magnifiques. De plus en plus, les univers de Yoko se mêlent et s'interpénètrent : les machines vinéennes se posent à Loch Castle et ses amis se rencontrent en bonne intelligence. Il me semble que l'auteur a pris là un bon pli, celui d'assumer la taille considérable de la famille de Yoko, et de donner à chacun sa place plus ou moins anecdotique dans un album où une (ou deux) relations seront au contraire un peu plus mises en avant. Terminés, donc, à ce qu'il semble, ces errements où Leloup tentait d'imposer la présence de Rosée à chaque aventure, y compris lorsqu'elle n'y avait pas sa place. Rosée se montre ici très discrète, vivant sans nul doute sa propre aventure en compagnie de Poky (la jumelle de Khâny, réveillée quinze ans après sa soeur). De la même façon, la jeune Emilia qui s'était imposée comme side-kick depuis plusieurs albums sera ici plus effacée. Quand à Vic et à Pol, ils resteront - comme souvent dans les aventures vinéennes - à l'écart de la plupart des circonstances - et c'est tout juste si Pol trouvera le temps de jouer un peu son numéro de pitre habituel.

En fin de compte, qui tient le second rôle au côté de Yoko ? Nulle autre que Khâny, bien entendu, comme le proclamait le titre de cet album. C'est la première fois depuis Les Titans (tome 8) que Yoko et Khâny vont avoir à vivre ensemble autant d'événements indispensables à la résolution d'une intrigue. Les deux amies - qui se vouvoient toujours depuis le début de la série ! - vont ici pouvoir explorer un peu mieux les différences qui les séparent malgré leur proximité de pensée. Plus que jamais, la citation du mémorial de Xunk ("Les formes qui différencient les êtres importent peu, si leurs pensées s'unissent pour bâtir un univers") restera l'un des principes centraux de la philosophie de vie de Yoko - mais il faut bien reconnaître que certains personnages vont, par leurs actions, défier ce beau principe... y compris Khâny elle-même. Répondant à trente-sept ans de distance au tome 8, Le Secret de Khâny est à mon avis bel et bien l'un des meilleurs volets de la série. Les Vinéens, tout comme les Terriens, ne sont en eux-mêmes ni bons ni mauvais : une fois de plus, ils ne sont pas autre chose que très humains, dans leurs ambitions qui peuvent être aussi bien grandioses que médiocres - lorsqu'elles ne sont pas incompréhensibles. Un album à lire, et à relire en parallèle des Titans : merci.

Commentaires