La Grande Bibliothèque pose nue - 2018

Ces rayonnages n'existaient pas l'année dernière.
Comme les années précédentes, je saisirai l'occasion du 31 décembre pour tirer le bilan annuel de ce blog.
  • Le présent article est le 176ème de l'année 2018.
  • Il est aussi le 1161ème publié depuis l'ouverture du blog.
  • Il constitue aussi le neuvième bilan annuel, et le huitième que je fais sous ce titre...
Alors que les années précédentes proposaient des bilans peu engageants, il faut reconnaître que 2018 s'est imposée comme la seconde meilleure année de ce blog. L'année de sa création, j'y publiais 140 articles. L'année suivante, à la faveur du fameux challenge estival de Lhisbei, le record absolu y était atteint avec 288 articles : un score impressionnant, réalisé dans des circonstances très particulières, et qu'à l'époque déjà je savais ne pas désirer reproduire. L'année 2012 avait été beaucoup plus sage avec (168 articles) : sans beaucoup plus de contenu proposé sur le blog cette année, je crois avoir trouvé ma zone de confort, laquelle correspond à peu près à un article publié tous les deux jours de l'année.

Afin d'atteindre ce score qui me satisfait pour la première fois depuis plusieurs années, j'ai usé (voire abusé !) des lectures de textes courts - et en particulier en anglais grâce à mon abonnement à Analog Science Fiction and Fact. Même en revue, même en anthologie, le texte court mérite en effet un peu plus que quelques lignes au sein d'un article de taille conséquente... La chose m'apparaît d'autant plus pertinente lorsque le texte provient d'une revue étrangère à laquelle peu de francophones ont accès : les auteurs y sont peu connus de notre public et leur corpus représente une véritable mine, dont l'analyse reconduite sur le long terme se révèle toujours pertinente.

Un effet secondaire surprenant de cette systématisation de la lecture par texte et non plus par support a été un retour à l'écriture sur ce blog. J'ai découvert que j'avais beaucoup de choses à dire même sur des textes courts. J'ai découvert que les outils développés pour faire face étaient applicables à des textes plus longs... Dans le même temps, de nombreux textes longs se sont imposés à moi et à mes lectures : il y eut bien sûr l'éblouissante trilogie de N.K. Jemisin, que nous avons récompensée ainsi qu'il se doit du Prix des Blogueurs édition 2018 ; il y eut aussi le dantesque Anatèm de Neal Stephenson, publié en diptyque chez Albin Michel Imaginaire et dont j'ai la fierté d'avoir été le premier blogueur du Planète-SF à chroniquer le second tome ; L'enfant de poussière de Patrick K. Dewdney ; le cycle de la Tour Sombre de Stephen King et en particulier son second tome ; The Consuming Fire de John Scalzi et tant d'autres, en fait, qu'il me serait difficile de tous les citer.

Année faste en lectures, 2018 a su aussi être faste en rencontres : il y eut tout d'abord mon séjour à Nemo 2018, où se sont jumelées la Convention Nationale de SF et l'Eurocon pour quatre jours à Amiens ; il y eut aussi et bien sûr mon séjour nantais aux Utopiales, à l'occasion duquel j'ai eu le plaisir d'interviewer John Scalzi, une interview décidée sur un coup de tête juste après avoir terminé le livre que j'évoquais plus haut ; et les Intergalactiques de Lyon où j'ai eu le plaisir de re-rencontrer un vieil ami de quinze ans ! A tous points de vue, si 2018 n'a pas été l'année la plus productive sur ce blog il n'en reste pas moins que c'en est, sans conteste, l'année la plus positive. La production de contenu n'a pas été le seul succès dont je puisse être fier sur le plan du blogging : ainsi que je l'évoquais plus haut, j'ai conçu de nouveaux outils destinés à me faciliter la vie - et si les "améliorations sous le capot" ne sont pas les plus visibles depuis le monde extérieur, elles sont indispensables car elles permettent bel et bien de faire toujours mieux, plus intéressant et plus pertinent. Le blogging est une activité égoïste où le contenu produit l'est avant tout pour soi-même, ce qui signifie qu'aucun système organisateur ne possède de valeur intrinsèque. En ce sens, je suis satisfait d'avoir su renouveler ma façon de conduire ce blog : le fait qu'il puisse connaître un second âge d'or neuf ans après son ouverture n'est-il pas en soi un motif de satisfaction ?

Il me restera bien sûr à saluer les personnes et les communautés importantes dans ma vie : mes parents, mon petit cousin Valentin, mon vieil ami Jim Barnett retrouvé par hasard lors de la soirée d'ouverture des Intergalactiques, la communauté Dune SF - la seule communauté dunienne francophone de référence, toujours en pointe sur l'actualité duniverselle, la communauté du Planète-SF déjà évoquée plus haut et l'association AOA - organisatrice de soirées et d'événements décalés à Lyon. A vous tous, merci d'avoir habité mon année 2018.

Bonne année 2019, et meilleurs vœux !

Commentaires

Vert a dit…
Beau bilan, je te souhaite une année 2019 tout aussi riche :)
Anudar Bruseis a dit…
Merci Vert :) Bonne année à toi aussi !
Lune a dit…
Bonne année Anudar ! Je suis contente que 2018 ait été une si belle année pour toi !
Anudar Bruseis a dit…
Merci Lune ! J'espère que 2019 sera pleine de succès pour toi !
Elhyandra a dit…
Bonne année 2019, j'espère qu'elle sera aussi bien que celle qui vient de s'écouler et mieux encore ^^
Anudar Bruseis a dit…
Merci beaucoup, et content de te revoir passer ici ;)
Tigger Lilly a dit…
Bonne année Anudar et que 2019 soit aussi grandiose que 2018.
Anudar Bruseis a dit…
Merci Lilly ! A toi de même :)