Yoko Tsuno tome 8 - Les Titans

Après avoir lu Le Secret de Khâny au début de l'Eté, je m'étais dit qu'il serait bon de chroniquer l'un des anciens Yoko Tsuno, et l'un de mes préférés, à savoir, Les Titans ! Le moment est je crois venu de se lancer...
Résumé : 
Pour son deuxième séjour sur Vinéa, Yoko revient à bord de la navette intergalactique en compagnie de centaines d'autres passagers. Khâny l'attend avec impatience : depuis le premier séjour de son amie japonaise, la planète-soeur de la Terre a pris un nouveau visage, à commencer par la Sixième Cité où se tient désormais le gouvernement central... Mais les Vinéens n'attendent pas les Terriens pour le seul plaisir de leur faire visiter leur planète reconquise. Dans une région marécageuse mal explorée, ils ont trouvé des restes biologiques inquiétants qui laissent à penser qu'une autre espèce intelligente s'est installée sur Vinéa. Yoko et ses amis, à la demande de la section biologique de Vinéa-6, ont amené avec eux des échantillons d'insectes terrestres et... des stocks d'insecticide, puisque les restes découverts évoquent l'apparence de ces animaux de la Terre. Pour les Vinéens, il ne s'agit pour le moment que d'une expédition de découverte et peut-être de prise de contact, mais pour les Titans qu'ils vont déranger dans leur repaire, ils vont être perçus comme une atroce menace... Yoko trouvera-t-elle le moyen de concilier des êtres que tout oppose ?
La couverture de l'album en révèle bien assez pour qu'il n'y ait aucun spoiler dans ce qui va suivre : Yoko se trouve ici confrontée à une eusociété d'insectes pensants. Les Titans, qui ont la forme d'énormes sauterelles et qui, sur une planète à la gravité plus forte que celle de la leur, doivent doubler leur cuticule par une machinerie complexe et même une armature incrustée dans leur chitine, correspondent à quelque chose de très différent de ce à quoi Yoko a dû faire face jusqu'à présent au cours de ses aventures vinéennes. Karpan n'était qu'un mégalomane au fond très humain dans sa médiocrité ; quand aux intelligences artificielles qui avaient asservi les Vinéens sur Terre et sur Vinéa elle-même, somme toute elles émanaient aussi d'erreurs humaines - et servaient donc à chaque fois un ubris lui-même très humain. Ici, les Titans ont des motivations très différentes : ils sont certes expansionnistes, et leur civilisation repose bel et bien sur une exploitation croissante de leur environnement ! On peut comprendre, à titre rétrospectif, l'inquiétude sensible qui motive l'expédition vinéenne...

Et pourtant, Yoko va trouver un moyen de communiquer avec l'un des Titans et, de ce fait, avec les siens. Le geste impulsif de l'héroïne - sauver Xunk, "le faible", des anneaux d'un redoutable prédateur - va conduire le Titan sauvé à s'interroger sur cette "petite créature" capable d'intelligence et pourtant si différente de lui. Le jeu de miroir presque émouvant conduit Xunk et Yoko à une compréhension nouvelle : le premier acceptera de renier son rôle parmi les siens - société où l'individu n'est rien - alors que la seconde, elle, acceptera de laisser passer la volonté du chef des Titans à travers son corps pour lui permettre de sauver son peuple. Leloup énonce ici, en toute logique, la philosophie qui sous-tend tous les albums vinéens de la série : "Les formes qui différencient les êtres importent peu si leurs pensées s'unissent pour bâtir un univers". Avec ce tome 8 si réussi, Yoko Tsuno fait son premier pas vers une maturité jamais démentie depuis : sans surprise, cet album a constitué l'une de mes BD préférées lorsque j'étais enfant, et sa conclusion magnifique m'a impressionné sur le long terme. Je n'ai qu'un seul regret, bien sûr, c'est que Roger Leloup n'ait pas réutilisé depuis les personnages extraordinaires des Titans, extraterrestres atypiques et du coup si convaincants, mais peut-être vaut-il mieux que cette envie de ma part ne soit jamais satisfaite...

Commentaires

Efelle a dit…
Pas mon album préféré mais il a d'indéniable qualités.
Anudar Bruseis a dit…
D'une façon générale, tous les "Yoko Tsuno" en dehors d'une certaine période ont d'indéniables qualités. Le reste, c'est de l'affinité sélective, et celle que j'ai pour cet album en particulier provient sans doute un peu du hasard. J'avais eu la chance de voir la fin dans un vieux "Spirou" et je pense qu'il s'est agi de mon premier contact avec "Yoko Tsuno"...
XL a dit…
tu me donnes envie de le relire, pour moi aussi il reste un de mes meilleurs souvenirs de Yoko
Anudar Bruseis a dit…
Cela faisait longtemps que je ne l'avais pas relu. Et c'est fou comme on redécouvre des choses à la relecture... Donc lance-toi :) !
Vert a dit…
C'est vrai qu'il est dommage (et étonnant vu comment la série recycle les personnages) qu'on ait plus jamais entendu parlé des Titans. Je l'aime beaucoup celui-là, sans doute parce que c'est un des rares que j'ai acheté et que j'ai pu lire, relire et rerelire ^^.
Anudar Bruseis a dit…
"Yoko Tsuno" a tendance à réutiliser certains personnages à intervalles réguliers, mais dans le même temps, certains d'entre eux ne font pas de vieux os.

Je pense qu'il était difficile de voir les Titans faire leur retour : trop spécifiques aux besoins de l'intrigue d'un album, peut-être... A moins qu'on ne voie débarquer sur Terre une mission de colonisation des Titans pour un prochain album :)