Mers brumeuses

Les Récits du Demi-Loup de Chloé Chevalier se poursuivent avec ce troisième volet. Suite au premier à la légère ambiance de conte moyenâgeux - ah ! cette histoire de princesses... - puis au deuxième plus sombre - quoi que certains contes ne manquent pas de l'être - j'étais pour le moins intrigué. Où donc l'auteure voulait-elle nous conduire ?
Résumé : 
La rupture personnelle était déjà consommée entre Malvane, princesse héritière de Véridienne et de la moitié nord du Demi-Loup, et Calvina, sa cousine des Eponas qui dirige l'autre partie du royaume ; cette fois-ci, alors que leurs Suivantes conduisent les armées de leurs princesses à la frontière entre les deux domaines, il semble bien que plus rien ne puisse empêcher la guerre civile. Or le royaume va mal : toujours empêtré dans une épidémie dont il ignore le remède, grignoté à sa frontière orientale par un très puissant voisin qui offre son aide en contrepartie de la soumission, il se pourrait bien que le conflit de plus en plus ouvert entre ses deux capitales soit le coup de grâce qui mettra fin à l'existence du Demi-Loup. Nersès et Lufthilde, qui sont restées amies malgré la rivalité entre les princesses dont elles sont les Suivantes, auront fort à faire pour désamorcer la tension ; mais ce qu'elles ne savent pas, c'est que d'autres personnages tirent les ficelles et attisent les braises de la désunion. A l'Est, le prince héritier Aldemor, banni de Véridienne, s'est réconcilié avec Névée, autrefois captive de l'Empire tout comme lui et  qui en occupe désormais la fonction suprême : il est résolu à tout faire pour que le Demi-Loup devienne la cinquante-cinquième province impériale dont il deviendrait le Sénateur-Père. Au cœur même du royaume, l'ex-Suivante Cathelle de la princesse Malvane est déterminée à se venger du sort qui lui a été fait, convoitant rien de moins que le trône. Le Demi-Loup a-t-il encore un avenir ?
Pour les princesses de Véridienne, le temps de l'enfance et des frivolités a pour de bon tiré sa révérence, hormis pour Calvina, peut-être, qui laisse gouverner sa Suivante et son général afin de conduire la vie de culture et de luxe qu'elle estime devoir être la sienne : il est vrai que sa position semble au début de ce troisième tome bien plus satisfaisante que celle de ses rivaux puisqu'elle détient la province la plus confortable du royaume, et qu'elle en contrôle aussi l'armée la plus puissante, lui donnant peut-être ce sentiment de sécurité qui conduit à l'indolence. Plus que jamais, les dirigeants des Récits du Demi-Loup s'avèrent médiocres à bien des aspects : trop indolents comme Calvina ou Aldemar, le roi en titre qui ne gouverne plus, trop dirigistes comme Malvane, ou trop portés à la trahison comme Aldemor ; et quand les princes sont médiocres, ils se révèlent souvent trop nombreux. Trop de rois en puissance pour un pays trop petit et trop fragile : si le Demi-Loup n'a rien de commun avec Westeros, il est clair qu'il s'y joue aussi un véritable jeu des trônes dont tous les acteurs ne comprennent pas toutes les ficelles.

Dans ce chaos annoncé, Chloé Chevalier varie avec soin les points de vue et les sensibilités : outre les vieilles connaissances que sont les princesses et leurs Suivantes, l'irruption du fils adoptif de Nersès - un garçon sourd de naissance dont la basse extraction lui a valu le peu glorieux prénom de Crassu - comme personnage majeur des Récits du Demi-Loup donne à ce troisième tome une saveur de récit d'apprentissage, un peu comme c'était le cas pour le premier. Sauf que cette fois-ci le personnage en question, issu du petit peuple et propulsé à une place élevée dans la lignée de succession royale, handicapé de surcroît par sa surdité, va entreprendre un voyage aux accents picaresques et prendre conscience d'une partie du jeu des trônes qui se joue au sein même de sa famille adoptive. Même si les Récits du Demi-Loup s'ouvraient sur une vraie-fausse histoire de princesses, les apparences ne trompent désormais plus : ce qui intéresse Chloé Chevalier, ce sont les défauts des princes - et ce sont surtout les gens ordinaires, ces "petites gens" qui payent les factures des grands de ce monde. Véritable portrait de la médiocrité intellectuelle et de l'incompétence parfois criminelle de l'aristocratie, Mers brumeuses continue par ailleurs à malmener le Demi-Loup qui en est une bonne partie de l'argument : le livre se conclut sur une situation plus incertaine encore qu'à son ouverture, les derniers gages de stabilité semblant voués à disparaître au sein du royaume arriéré. Promesse d'un effondrement total ou étape vers un rétablissement durable ? Seul pourra le dire le prochain développement de cette histoire...

Commentaires

Xapur a dit…
Une très bonne saga !
Anudar Bruseis a dit…
Plus ça progresse et plus je me demande où ça va, tout de même...
Vert a dit…
Il faut que je me procure ce tome 3 !
Anudar Bruseis a dit…
Bonne lecture par avance !